•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa présente sa réforme de l'assurance-emploi

Réforme de l'assurance-emploi
Radio-Canada

La ministre du Développement des ressources humaines, Diane Finley, a dévoilé jeudi les modifications qui seront apportées au régime d'assurance-emploi. Ces changements devraient entrer en vigueur au début de l'année 2013, si le projet de loi C-38 est adopté.

En premier lieu, la réforme va redéfinir ce qu'est un « emploi convenable » ainsi que ce que constitue la « recherche d'emploi convenable » pour continuer à être admissible à des prestations d'assurance-emploi. L'objectif d'Ottawa est de corriger certaines ambiguïtés qui existent dans le système actuel.

Le gouvernement affirme qu'il veut aider les chômeurs à trouver un emploi. Pour ce faire, les chercheurs d'emploi vont recevoir quotidiennement de l'information concernant les emplois offerts dans leur région. Il s'agit de jumeler les Canadiens avec les emplois disponibles.

Des prestataires d'assurance-emploi pourraient être contraints d'accepter un emploi dans un autre champ d'activité que le leur, s'il s'agit d'un emploi similaire au précédent.

Les chômeurs devront fournir des preuves qu'ils cherchent activement du travail chaque jour.

Les chômeurs qui ont été des travailleurs employés la plupart du temps durant les dix années précédentes devront accepter un emploi dans leur domaine et dont le salaire équivaut à au moins 90 % de celui de leur emploi précédent. Après 18 semaines de chômage, ils devront toutefois accepter un salaire d'au moins 80 %.

Les règles seront plus sévères dans le cas des travailleurs fréquemment au chômage. Ceux qui ont reçu des prestations au moins trois fois pour un total de 60 semaines pendant les cinq années précédentes devront accepter une offre d'emploi comportant un salaire équivalent à au moins 80 % du précédent. Toutefois, après six semaines de prestations, ils devront accepter un salaire d'au moins 70 %.

Une autre mesure obligera les chômeurs a accepter un emploi adéquat offert dans un rayon d'une heure de déplacement de leur domicile, et même davantage dans certaines circonstances.

De plus, le projet-pilote qui permet aux travailleurs saisonniers de calculer leurs prestations en tenant compte de leurs 14 semaines de travail les plus lucratives sera étendu à l'échelle nationale.

La ministre Finley affirme que la réforme ne vise pas à forcer les gens à travailler loin de chez eux ou accepter un poste qu'il ne leur convient pas ou déménager ailleurs au Canada. Selon la ministre, le but est d'aider les gens à trouver rapidement un emploi similaire ou dans un secteur similaire.

Les critères d'admissibilité à l'assurance-emploi ne changeront pas. Le gouvernement estime que moins de 1 % des chômeurs perdront leurs prestations à la suite de la réforme.

Avec les informations de La Presse canadienne

Emploi

Société