•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

176 manifestants arrêtés à Québec : des constats d'infraction de 496 $

176 étudiants ont été arrêtés à Québec mercredi soir.

176 étudiants ont été arrêtés à Québec mercredi soir.

Radio-Canada

La police de Québec imposera aux 176 personnes arrêtées mercredi soir des amendes de près de 500 $ pour avoir enfreint le Code de la sécurité routière.

Les manifestants se seraient exposés à des amendes de 1000 $ à 5000 $ si la police les avait sanctionnés en vertu de la Loi 78.

La manifestation nocturne de mercredi a donné lieu à une vague d'arrestations sans précédent depuis le début de conflit étudiant à Québec. Les 176 manifestants ont été arrêtés vers minuit au moment où ils participaient à une marche.

Les organisateurs n'avaient pas donné leur itinéraire aux policiers, qui ont rapidement déclaré l'attroupement illégal en vertu de la Loi 78. Les manifestants ont été arrêtés parce qu'ils entravaient la voie publique.

« Il n'y a pas eu de trajet fourni par les organisateurs, donc le mouvement des marcheurs était imprévisible. Il était difficile pour les policiers de bien encadrer les participants et de s'assurer de leur sécurité. À un moment, les gens se sont même assis sur la rue Saint-Jean », a expliqué la porte-parole du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), Marie-Ève Painchand.

Les personnes arrêtées ont été transportées au Centre de foires à bord de sept autobus du Réseau de transport de la capitale (RTC). On les a détenus, le temps de les identifier.

Elles vont recevoir une contravention de près de 500 $ pour avoir enfreint le Code de la sécurité routière.

La manifestation, qui a réuni environ 400 personnes, avait commencé de façon pacifique dans le quartier Saint-Jean-Baptiste.

Les policiers de l'antiémeute ont mis fin à l'attroupement illégal un peu avant minuit dans le secteur de la rue Saint-Jean parce que les étudiants bloquaient la rue.

L'opposition réagit

À l'Assemblée nationale, l'opération policière a été dénoncée par l'opposition. Le député Bertrand St-Arnauld.

« Est-ce qu'on va continuer à faire des arrestations massives et arbitraires au Québec tout l'été? », a demandé le député péquiste Bertrand Saint-Arnault.

Le ministre de la Sécurité publique, Robert Dutil, rétorque que les arrestations sont loin d'être arbitraires, qu'il y a des lois à respecter et que le Parlement ne doit pas se laisser gouverner par les manifestants.

Environ 400 personnes ont participé à la manifestation.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Environ 400 personnes ont participé à la manifestation.

La présence policière était imposante lors de la manifestation.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La présence policière était imposante lors de la manifestation.

La manifestation s'est soldée par 170 arrestations.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La manifestation s'est soldée par 170 arrestations.

Les manifestants ont été transportés au Centre de foires.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les manifestants ont été transportés au Centre de foires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Justice et faits divers