•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Violence familiale : les femmes et les enfants plus à risque

Violence familiale

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Quelque 99 000 personnes ont été victimes de violence familiale en 2010 au Canada, et 26 000 de ces cas sont survenus au Québec, selon une étude réalisée par Statistique Canada (Nouvelle fenêtre).

L'agence fédérale précise que près de la moitié des cas de violence familiale sont l'oeuvre d'un conjoint ou d'une conjointe.

La violence est l'oeuvre de :

  • Un parent : 17 % des cas)
  • Un membre de la famille élargie : 14 % des cas
  • Un membre de la fratrie plus âgé : 11 %

Les femmes et les jeunes filles sont deux fois plus susceptibles d'être victimes de violence familiale que les membres de sexe masculin. Les femmes de 15 ans et plus constituaient ainsi 81 % des victimes de violence conjugale déclarée par la police au Canada.

L'Ontario arrive en tête du palmarès des provinces canadiennes avec le taux le plus faible de violence familiale, soit 196 victimes pour 100 000 habitants. Il est de 333 victimes pour le même échantillon au Québec et de 319 au Nouveau-Brunswick. Les territoires, la Saskatchewan et le Manitoba affichent les taux les plus élevés.

Au Québec, la région métropolitaine de Montréal affiche le taux le plus élevé de la province avec 315 cas de violence familiale pour 100 000 habitants. Il est de 301 au Saguenay, 288 à Québec et Trois-Rivières et de 257 à Moncton.

Le cas des homicides

Statistique Canada révèle que le tiers des homicides résolus au Canada ont été perpétrés par un membre de la famille de la victime entre 2000 et 2009.

Les femmes sont plus fréquemment victimes d'homicides que leur conjoint et le taux d'homicide est plus élevé chez les jeunes. Le taux d'homicides par un conjoint diminue de près de la moitié entre les groupes d'âge de 15 à 24 ans et des 25-34 ans. Il diminue ensuite graduellement en vieillissant. Le nombre de meurtres entre conjoints tend à diminuer lentement depuis 1980.

Par ailleurs, les nourrissons de moins d'un an sont le plus à risque d'être tués par un membre de leur famille. Les enfants et les jeunes constituent 21 % des victimes de la famille. Un homicide sur 10, au sein de la famille, est commis contre une personne âgée.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !