•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tensions autour du sommet de l'OTAN sur l'Afghanistan

À Chicago, un manifestant proteste contre l'implicaiton américaine en Afghanistan.

Photo : AFP / SAUL LOEB

Radio-Canada

Les pays membres de l'OTAN se sont donné rendez-vous dimanche à Chicago, mais leurs intentions stratégiques en Afghanistan font se multiplier les contestations.

Des dizaines de manifestants opposés à la guerre se sont présentés devant le consulat américain à Toronto, samedi, pour condamner la rencontre. Ils craignent que les dirigeants approuvent un plan qui maintiendrait des troupes étrangères - incluant les Forces canadiennes -, en Afghanistan plus longtemps que prévu.

Plus tôt cette semaine, trois individus ont été arrêtés à Chicago, dans un appartement du quartier de Bridgeport. Ils auraient projeté des attaques aux cocktails Molotov contre le siège de campagne du président Barack Obama, la maison du maire Rahm Emanuel et d'autres cibles, dont des commissariats de police.

Une cinquantaine de dirigeants assisteront à la réunion, dont le nouveau président français François Hollande qui est le seul à publiquement remettre en cause le calendrier établi par l'Alliance.

Lors de sa première rencontre avec son homologue américain Barack Obama, M. Hollande a confirmé vendredi sa décision de rapatrier l'essentiel des 3500 soldats français déployés en Afghanistan d'ici à la fin de l'année, soit deux ans plus tôt que prévu.

Néanmoins, les alliés, États-Unis en tête, devraient surtout tenter de convaincre les 28 pays de l'OTAN, mais aussi le reste de la communauté internationale, de rester engagés en Afghanistan après le départ des troupes étrangères à la fin 2014.

L'Alliance souhaite aussi obtenir la réouverture de la frontière pakistano-afghane aux convois américains, fermée depuis près de six mois en représailles à la mort de 24 soldats pakistanais tués par erreur lors de frappes américaines.

La réunion débutera par l'officialisation de la première phase du bouclier antimissile de l'OTAN, destiné à protéger l'Europe de missiles qui seraient tirés du Moyen-Orient, en particulier d'Iran.

Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne

International