•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestations contre la loi spéciale

Des milliers de manifestants dans les rues de Montréal, vendredi

Radio-Canada

Des milliers de personnes ont manifesté à Montréal pour une 25e soirée consécutive, et des centaines de manifestants ont marché dans les rues de Québec, pour dénoncer la loi spéciale adoptée vendredi par les parlementaires québécois pour mettre fin au conflit étudiant.

Vers 22 h, la manifestation de Montréal a été déclarée illégale par la police de Montréal à la suite d'actes criminels. Selon le porte-parole de la police Yannick Ouimet, des cocktails Molotov ont été lancés sur des policiers. Des gaz lacrymogènes et de bombes assourdissantes ont été utilisés contre certains manifestants.

La manifestation s'est par la suite poursuivie pacifiquement, avant de se disperser vers 3 h 30.

Quatre personnes arrêtées

Quatre personnes ont été arrêtées, après qu'une vitrine de la Banque de Montréal, sur l'avenue Mont-Royal, eut été fracassée.

À Québec, la manifestation qui a rassemblé des centaines de personnes s'est déroulée pacifiquement. Les manifestants s'étaient donné rendez-vous devant l'Assemblée nationale avant d'entreprendre une longue marche dans les rues de la capitale.

Des rassemblements ont aussi eu lieu à Gatineau, à Rimouski et à Sherbrooke, où la police a procédé à 14 arrestations. La manifestation avait été déclarée illégale dès le départ.

Ce que des manifestants avaient à dire :

Je pense que c'est quelque chose qui va renforcer la motivation des gens parce que ça enfreint les droits et libertés des personnes.

Un manifestant à Québec

La loi qui vient d'être adoptée est inique, ignoble, duplessiste. J'ai 64 ans, j'en ai vu passer des lois spéciales, c'est la pire de toutes depuis la crise d'octobre 70.

Françoise David, porte-parole de Québec solidaire

Je ne suis pas étudiant et je n'ai pas participé aux autres manifestations. Mais ce soir, je suis sorti pour protester contre la loi 78. C'est juste trop gros.

Louis-François, à Montréal, qui porte le carré rouge et le carré noir, en signe de deuil de la liberté d'expression.

C'est toujours le même combat dans le coeur. Le combat n'est pas fini parce que la grève est finie.

Un manifestant à Rimouski

Loi 78 (version amendée) (Nouvelle fenêtre)

Société