Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les étudiants québécois devraient être reconnaissants, selon le milliardaire Jarislowsky

Stephen Jarislowsky

Stephen Jarislowsky

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le milliardaire montréalais Stephen Jarislowsky affirme que les étudiants du Québec devraient s'estimer chanceux de pouvoir bénéficier d'une éducation supérieure à faible coût au lieu de s'opposer à la hausse des droits de scolarité.

En entrevue avec Gérald Fillion, le célèbre investisseur a dit ne pas comprendre la position de ceux qui contestent la décision du gouvernement Charest. « Les étudiants n'ont jamais payé d'impôts sur le revenu parce qu'ils n'ont pas de revenu. Ils sentent que c'est leur droit d'obtenir une éducation universitaire sans payer un sou. Ce n'était pas comme ça dans mon temps », a-t-il fait valoir.

M. Jarislowsky souligne que beaucoup de parents américains sont prêts à payer des dizaines de milliers de dollars pour offrir une éducation postsecondaire à leurs enfants. Selon lui, si les droits de scolarité étaient plus élevés au Québec, les étudiants n'auraient pas déclenché de grève. « Si ça coûtait 40 000 $ comme aux États-Unis, papa dirait : "Toi, tu vas à l'école demain matin, moi, je paie 40 000 $ pour te donner une éducation." »

Le financier ne souhaite pas que les Québécois aient à payer aussi cher que les Américains pour pouvoir étudier, mais croit qu'ils devraient faire preuve de reconnaissance.

On devrait quand même comprendre que si on reçoit un cadeau qui est à 85 % payé par les contribuables, c'est un cadeau. On devrait dire merci au lieu de sortir dans la rue.

Une citation de :Stephen Jarislowsky

M. Jarislowsky prône par ailleurs le relèvement de l'âge de la retraite. Il soutient que lorsqu'il a été fixé à 65 ans, les gens mouraient deux ou trois ans plus tard. « Aujourd'hui, une personne de 65 ans [...] peut vivre jusqu'à 90 ans. C'est impossible de payer des rentes pendant une période de 25 ans à des gens qui, comme les professeurs du secondaire, n'ont travaillé que 30 ans ».

À son avis, l'âge de la retraite au Canada devrait atteindre 70 ans, soit 10 ans de moins que l'espérance de vie de la population canadienne.

L'entrevue intégrale avec Stephen Jarislowsky sera présentée à RDI Économie, lundi à 18 h 30, et en rediffusion à 22 h, à 23 h 30, et mardi à 4 h 30.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !