•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avenir sombre pour le bleu

Court central à Madrid
Court central à Madrid Photo: AFP / DOMINIQUE FAGET
Radio-Canada

Depuis le début de la semaine, les amateurs de tennis ont davantage entendu parler de l'insatisfaction des joueurs vis-à-vis de la surface bleue aménagée pour le Masters de Madrid que de la compétition elle-même.

Les déclarations des premières raquettes mondiales comme Novak Djokovic et Rafael Nadal n'ont rien fait pour calmer le jeu. Ces derniers se sont plaints du terrain trop glissant, qui leur fait craindre des blessures en plus de nuire à leur jeu.

Nadal a notamment indiqué après sa défaite contre Fernando Verdasco jeudi qu'il ne serait pas de retour l'an prochain si rien n'était fait pour remédier à la situation.

Avenir incertain

Le directeur du tournoi, Ion Tiriac, a promis de s'asseoir avec les dirigeants de l'ATP et de la WTA pour en discuter. Cet ancien joueur roumain devenu homme d'affaires a passé la dernière semaine à s'excuser pour cette expérience pas très concluante.

Pas sûr pour autant qu'il abandonne l'idée. En fait, Tiriac parle d'ajouter des balles fluorescentes pour l'édition 2013.

Le Suisse Roger Federer estime pour sa part que le problème ne vient pas de la couleur, mais de la conception même du terrain. Pour lui, les courts sont glissants depuis longtemps à Madrid et il revient aux joueurs de s'adapter.

Pour Djokovic, cette situation peu souhaitable est le résultat de la vision égoïste de l'ancien patron de l'ATP Adam Helfant. Il a tout accepté en ne pensant qu'à ses intérêts personnels.

Sur fond de calendrier trop chargé et de partage des revenus à revoir, les chicanes entre joueurs et promoteurs auront probablement raison de la fameuse terre bleue.

Tennis

Sports