•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles bavures de l'OTAN en Afghanistan

Soldats de la FIAS
Soldats de la FIAS à Ghazni, dans le sud-est afghan (21 décembre 2011) Photo: AFP / STRDEL
Radio-Canada

La Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) de l'OTAN et l'armée américaine ont admis vendredi avoir tué et blessé des civils afghans lors de deux opérations.

La coalition assume l'entière responsabilité de ses actes dans un communiqué publié conjointement par la FIAS et l'armée américaine. Le nombre de victimes n'est pas précisé, mais les bombardements aériens auraient eu lieu les 4 et 6 mai, respectivement sur les villages de PanKalay et de Nowbar, dans le sud et dans le nord-ouest du pays.

L'Agence France-Presse rapporte que selon des responsables locaux, le nombre de morts est évalué à 21. Un gouverneur et un député de province ont indiqué que les victimes étaient des femmes et des enfants.

Le général John Allen, commandant de la FIAS, doit transmettre au président afghan, Hamid Karzaï, le résultat des enquêtes. « Le président sera assuré de notre engagement à prendre toutes les mesures appropriées pour minimiser la probabilité que de tels événements surviennent dans le futur. Si notre enquête identifie un responsable, les actions appropriées seront entreprises », est-il écrit dans le communiqué.

Lundi, le président Karzaï a menacé Washington de geler l'accord de partenariat stratégique à long terme signé récemment par les deux pays si la FIAS ne faisait pas plus d'efforts pour éviter de tuer des civils lors de ses opérations.

« Nous ne devons pas permettre à ces incidents d'endommager notre objectif commun d'un Afghanistan pacifié et sûr », était-il écrit dans un communiqué du gouvernement afghan, qui précisait par ailleurs que ses alliés de l'OTAN « ont accompli beaucoup de choses ces 10 dernières années ».

Les pertes civiles sont l'un des plus gros sujets de discorde entre le gouvernement de Kaboul et l'OTAN depuis sa présence en Afghanistan.

Avec les informations de Agence France-Presse

International