•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mise en garde de la FDA contre la thérapie de libération du Dr Paolo Zamboni

091125cerveau-vaisseauxsanguins
Photo: iStockphoto
Radio-Canada

La Food and Drug Administration (FDA) a émis un avertissement contre la controversée thérapie de libération développée par le Dr Paolo Zamboni qui est utilisée pour soigner des patients atteints de sclérose en plaques.

La FDA met en garde les professionnels de la santé et les patients que des blessures voire la mort ont été associées au recours à cette procédure qui vise à traiter l'insuffisance vasculaire céphalorachidienne chronique (IVCC).

Le traitement controversé n'est pas offert au Canada, mais des patients ont voyagé dans d'autres pays afin de suivre le traitement controversé.

Par ailleurs, 86 Saskatchewanais participent à des essais cliniques qui ont débuté au mois de mars dans le cadre d'un partenariat conclu par la province et des chercheurs américains.

Dans son avertissement, l'agence du département de la Santé et des Services sociaux des États-Unis (FDA) affirme avoir reçu des rapports concernant un patient qui est mort à la suite d'une hémorragie cérébrale et d'un autre qui est paralysé à la suite d'un AVC dont il a été frappé après avoir reçu le traitement.

Les autres complications graves rapportées comprennent :

  • au moins une mort;
  • des endoprothèses qui se déplacent d'une veine à d'autres parties du corps, dont le coeur;
  • des blessures aux veines;
  • des caillots de sang dans la jugulaire ou au cerveau;
  • des dommages aux nerfs crâniens;
  • des saignements abdominaux.

« Puisque les essais cliniques comparatifs n'arrivent pas à prouver que cette procédure est efficace pour traiter la sclérose en plaques, la FDA encourage la poursuite de recherches rigoureuses et bien ciblées afin d'évaluer la relation entre l'insuffisance vasculaire céphalorachidienne chronique (IVCC) et la sclérose en plaques », affirme l'expert scientifique en chef et directeur adjoint pour la science au centre des dispositifs et de l'hygiène radiologique de la FDA, le Dr William Maisel.

Par voie de communiqué, le Dr Maisel soutient que son organisme encourage les patients à discuter avec un neurologue ou un autre médecin qui connaît bien la sclérose en plaques et l'IVCC des risques potentiels et des bénéfices de thérapie de libération.

Présentement, en Amérique du Nord, sept études commandées par la Société canadienne de la sclérose en plaques et son homologue américain sont menées afin de déterminer si les anomalies des veines et la sclérose en plaques sont liées, comme le prétend le Dr Zamboni.

La thérapie de libération

Le traitement de la sclérose en plaques développé par le médecin italien Paolo Zamboni est l'objet d'une controverse dans le milieu scientifique. D'après le médecin italien, la maladie serait due à une perturbation de la circulation sanguine, alors que, par consensus, la communauté médicale la considère plutôt comme une maladie neurologique auto-immune. La thérapie de libération consiste à dégager certaines artères par une angioplastie, en les dilatant avec un cathéter ballon.

Alberta

Santé