•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bas-Saint-Laurent : le Comité ZIP s'attaque à la restauration des plages

Le Comité ZIP va restaurer deux plages du Bas-Saint-Laurent pour limiter l'érosion.

Le Comité ZIP va restaurer deux plages du Bas-Saint-Laurent pour limiter l'érosion.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Deux projets de restauration des plages seront réalisés ce printemps au Bas-Saint-Laurent. Des travaux sont en cours à Rivière-Ouelle et d'autres seront lancés dans quelques semaines du côté de Sainte-Flavie.

Le Comité de la Zone d'Intervention Prioritaire du Sud-de-l'Estuaire a entrepris la restauration de la plage du chemin des Jésuites à Rivière-Ouelle, un secteur touché par les grandes marées de décembre 2010.

Le Comité ZIP procède cette semaine à la recharge en sable de la plage, afin de limiter son érosion. Il vise à recréer la plage dans son état naturel, explique le responsable du projet, Étienne Bachand. La mer doit ainsi redistribuer progressivement les sédiments sur la plage.

« On va ensuite installer un filet stabilisateur pour bien maintenir le sable en place, le temps qu'on revienne faire la plantation des végétaux à la fin mai », soutient Étienne Bachand. Il est d'ailleurs à la recherche de bénévoles pour la plantation d'élymes des sables et de rosiers.

Des méthodes douces

Le comité ZIP fait la promotion de méthodes de restauration douces. Il s'agit d'une solution de rechange aux structures rigides comme les murets ou l'enrochement. « C'est bon pour l'environnement, donc les habitats côtiers, explique Étienne Bachand, mais c'est aussi bon pour protéger les résidents côtiers. »

Le Comité ZIP estime que ces techniques ont fait leurs preuves en 2011, lors d'un projet de restauration d'une plage à l'embouchure de la Rivière Mitis. Plus de 4 000 plants d'élyme des sables y avaient été plantés. Les résultats sont aujourd'hui au rendez-vous, selon Étienne Bachand.

Le projet de 30 mille dollars est financé par différents partenaires dont la municipalité, la MRC et Environnement Canada.

Un texte de Caroline Cyr, d'après le reportage de Claude Beaudin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec