Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le rapporteur de l'ONU pour l'alimentation en visite au Canada

Olivier De Schutter, rapporteur spécial de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)

Olivier De Schutter, rapporteur spécial de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)

Photo : AFP / TONY KARUMBA

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Canada est le premier pays du G8 à être visité par le rapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l'alimentation, un embarras international selon l'opposition qui l'attribue aux mauvaises politiques du gouvernement Harper.

Le rapporteur spécial, Olivier De Schutter, est au pays jusqu'au 16 mai.

« Un échec pour les conservateurs », a signalé, lundi, le chef intérimaire du Parti libéral, Bob Rae.

Car les politiques du gouvernement conservateur ont empiré l'insécurité alimentaire au Canada, a-t-il jugé.

Il a cité en exemple le refus des conservateurs d'adopter une stratégie nationale pour lutter contre la pauvreté et la mise au rancart de l'Accord de Kelowna qui prévoyait quelque 5 milliards de dollars pour améliorer les conditions de vie des peuples autochtones, dont leur alimentation.

Deux millions et demi de Canadiens vivent dans l'insécurité alimentaire, selon l'ONU.

En point de presse à ce sujet, M. Rae a aussi rappelé les récentes compressions prévues au dernier budget, notamment en environnement et à l'Agence d'inspection des aliments, qui ne manqueront pas d'avoir un impact sur la sécurité alimentaire, selon lui.

« Toutes ces coupures ont tellement fait décliner la salubrité alimentaire au Canada que les Nations unies ont maintenant décidé d'enquêter », a déploré le chef libéral.

Il y a encore trop de pauvreté et d'enfants mal nourris, a indiqué le chef, précisant que le recours aux banques alimentaires a augmenté de 28 % au cours des trois dernières années.

Le Nouveau Parti démocratique a pour sa part interpellé le gouvernement en Chambre, lundi.

« Presque 2 millions de Canadiens n'ont pas accès à de la nourriture saine », a souligné la députée néo-démocrate Ruth Ellen Brosseau. « Pourquoi le gouvernement continue-t-il d'ignorer ce problème? »

C'est le ministre des Affaires autochtones qui s'est chargé de répondre. « Depuis 2006, notre gouvernement a investi considérablement dans des initiatives partagées avec les Premières Nations pour qu'elles aient accès à des aliments nutritifs et à prix abordable, à des logements, à l'éducation, à de l'eau et à des opportunités économiques », a détaillé John Duncan.

Il a aussi fait valoir que le Canada est le premier pays du G8 à avoir déployé l'engagement du Sommet de L'Acquila en 2009 sur l'agriculture et la sécurité alimentaire.

Les chefs du Parti libéral et du NPD vont rencontrer le rapporteur spécial lors de son passage à Ottawa.

Les deux partis ont d'ailleurs dénoncé qu'aucun ministre ne va discuter avec M. De Schutter. Le ministre Duncan a répliqué que de hauts fonctionnaires s'acquitteront de cette tâche, et a promis qu'ils répondront à toutes les questions.

Lors de son voyage au Canada, M. De Schutter se rendra au Manitoba, en Ontario et en Alberta. Il a débuté sa visite au Québec dimanche.

Son objectif est de notamment faire enquête sur l'accès à la nourriture, dont pour les plus pauvres de la société, l'organisation des chaînes alimentaires et son impact sur le droit à l'alimentation, ainsi que celui des politiques publiques.

Le rapporteur et son équipe vont rencontrer le gouvernement du Canada et des intervenants-clés dans le domaine du droit à l'alimentation, y compris des représentants des peuples autochtones et de la société civile.

À l'issue de son séjour, un rapport sera rédigé et il fera partie du bilan international du Canada.

Les pays qui ont retenu l'attention dans le passé de M. De Schutter sont notamment le Brésil, le Nicaragua, la Chine et Madagascar.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !