•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amnistie et la Ligue des droits dénoncent des abus policiers lors de manifestations étudiantes

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Intervention policière au Palais des congrès
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des organismes de défense des droits de la personne sont préoccupés par la violence policière lors de manifestations étudiantes. La Ligue des droits et libertés du Québec et Amnistie internationale demandent au ministre québécois de la Sécurité publique, Robert Dutil, de rappeler les policiers à l'ordre.

Amnistie rapporte des dizaines de plaintes, dont celle de Paul Bélanger, un professeur de l'UQAM de 73 ans. « Et comme je cours un peu moins vite que les étudiants, j'ai été un de ceux qui ont été attaqués. Ils m'ont frappé sur le bras, dans les côtes ... » Paul Bélanger qualifie cette violence de gratuite. « Que la police empêche de faire des actes illégaux, on le comprend. [...] Mais qu'ils foncent et qu'ils battent les manifestants, alors qu'on n'avait fait aucun geste offensif... Cette gratuité est dangereuse », ajoute-t-il.

Amnistie internationale est préoccupée par ces plaintes. « Ce n'est pas normal. On s'entend que si la police donne un ordre légitime de manifestation illégale, qu'elle donne le temps aux gens de pouvoir partir et de se disperser », clame la directrice générale, Béatrice Vaugrante.

La Ligue des droits et libertés est aussi préoccupée. « On pense que c'est très inquiétant de voir que dans un pays comme le Canada, on est censé avoir le droit de manifester et d'exprimer nos points de vue, y inclut dans la rue », affirme Dominique Peschard, président de l'organisme.

Avec des reportages d'Éric Plouffe et Frédéric Nicoloff

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !