•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mise en garde contre les ratons laveurs en zone urbaine

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville de Montréal lance une mise en garde contre la présence accrue de ratons laveurs dans certains secteurs de la ville.

Raton-laveurAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La campagne préventive contre la rage concerne les ratons laveurs, les mouffettes et les renards.

Photo : iStock / David Couillard

Les secteurs boisés, les zones résidentielles et le parc du Mont-Royal notamment, abritent une population de plus en plus importante de ratons laveurs.

Sur le mont Royal, on retrouverait actuellement plusieurs dizaines de ratons laveurs attirés par le contenu des poubelles et les promeneurs qui les nourrissent. Le belvédère du mont Royal serait un de leurs lieux de prédilection.

C'est pourquoi les autorités municipales demandent à la population d'éviter de les nourrir et de ne pas tenter de les attirer, car certains de ces animaux peuvent être porteurs de maladies graves, dont la rage.

Aucun cas de rage n'a cependant été signalé ces dernières années à Montréal. D'autres maladies et infections peuvent cependant être transmises par ces animaux, prévient la Ville.

Qui plus est, lorsqu'ils se sentent menacés ou coincés, les ratons laveurs peuvent devenir agressifs et infliger de douloureuses morsures, sans compter les risques d'infection.

Les ratons laveurs, habitués à la présence humaine dans les villes, ne sont souvent plus effrayés lorsqu'on tente de les faire fuir. Habiles et audacieux de nature, ils causent de nombreux dégâts dans les secteurs urbains, s'introduisent parfois dans les maisons et peuvent aussi importuner les gens qui fréquentent les espaces verts et les parcs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !