•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Syrie : la mise en garde de Washignton

Robert Mood, chef des observateurs de l’ONU à Homs le 3 mai 2012

Robert Mood, chef des observateurs de l’ONU à Homs le 3 mai 2012

Photo : AFP / JOSEPH EID

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Maison-Blanche a lancé jeudi un avertissement à Damas. Si le président syrien, Bachar Al-Assad, ne renonce pas à son attitude intransigeante, on devra admettre l'échec du plan de paix de l'émissaire international Kofi Annan et adopter une nouvelle approche.

Pour Washington, qui se dit sceptique quant à la volonté de Damas de se plier aux exigences du plan Annan, une transition politique urgente est indispensable en Syrie.

Plus tôt, le chef des observateurs de l'ONU en Syrie, le général Robert Mood, a estimé que c'était à l'armée syrienne de faire le premier pas pour arrêter les violences.

Quel est le premier qui doit retirer son doigt de la gâchette? Qui doit faire le premier pas? À mon avis, c'est le plus fort qui doit le faire.

Une citation de :Robert Mood, chef des observateurs de l'ONU

Il a fait cette déclaration après une nouvelle flambée à Alep (nord) où des manifestations d'étudiants ont été réprimées dans le sang.

Au moins quatre étudiants ont été tués et 200 autres arrêtés dans la cité universitaire d'Alep, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Des militants ont rapporté des défilés dans plusieurs villes du pays, notamment à Damas, à Deraa, berceau de la contestation dans le sud, et à Deir Ezzor (est).

Dans la province d'Idlib, sept civils, dont une femme et un enfant, ont été tués par les troupes syriennes selon l'OSDH, tandis qu'un civil, un soldat et un déserteur ont péri dans celle de Homs (centre).

Plus de 600 personnes, en majorité des civils, sont mortes en Syrie depuis l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, selon la même source.

Le plan de Kofi Annan prévoit notamment l'instauration d'un cessez-le-feu, la libération des détenus, le droit de manifester pacifiquement et la libre circulation des médias et des humanitaires.

Le nombre des observateurs chargés d'évaluer le respect du cessez-le-feu devrait passer à 100 d'ici un mois, avant d'atteindre 300 membres, conformément à une résolution du Conseil de sécurité. Depuis le début de la contestation en mars 2011, plus de 11 100 personnes, en majorité des civils, ont péri dans les violences, selon l'OSDH.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !