•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
L'ambiance était plutôt détendu lors de cette manifestation hors de l'ordinaire.

L'ambiance était plutôt détendu lors de cette manifestation hors de l'ordinaire.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

Des centaines de grévistes étudiants ont marché nus ou légèrement vêtus jeudi soir dans les rues de Montréal pour protester une fois de plus contre la hausse des droits de scolarité imposée par le gouvernement Charest.

L'événement, qui n'est pas passé inaperçu, a débuté en fin de journée à la place Émilie-Gamelin, près du métro Berri-UQAM, par une soirée plutôt froide.

Mais les intempéries n'ont pas semblé entamer le moral du millier de manifestants qui ont défilé dans les rues du centre-ville en sous-vêtements ou parfois même dans leur plus simple appareil sous le thème « Sans vêtements, pour un gouvernement transparent ».

Le rouge et les sous-vêtements étaient à l'honneur.

Le rouge et les sous-vêtements étaient à l'honneur.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Les manifestants, arborant des slogans pour le moins évocateurs, peints sur leur corps, et des morceaux de rubans adhésifs rouges aux endroits stratégiques, ont ainsi défilé jusqu'au parc Laurier, dans l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal.

Cette manifestation pour le moins inhabituelle s'est déroulée dans une atmosphère ludique et la bonne humeur. Aucun incident particulier n'a été signalé par les autorités.

La loi spécifiant qu'il est interdit de se promener nu dans la rue, la majorité des manifestants avaient pris soin de porter au moins une ou deux pièces de vêtement, même s'il ne s'agissait parfois que de chaussettes.

Deuxième manifestation

Ils étaient près d'un millier à manifester légèrement vêtus.

Ils étaient près d'un milier à manifester légèrement vêtus.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Les manifestants légèrement vêtus sont ensuite retournés à la place Émilie-Gamelin pour se joindre à une deuxième manifestation étudiante qui s'est ébranlée en milieu de soirée.

Les participants ont déambulé cette fois vers le nord, en empruntant notamment la rue Jeanne-Mance. La foule, évaluée cette fois à plusieurs milliers de personnes, a poursuivi sa route sur l'avenue du Parc.

Le maire de Montréal pris à partie

Les participants étaient pacifiques, même si certains manifestants ont lancé des cônes sur la voie publique, entraînant un avertissement du Service de police de la Ville de Montréal.

Les manifestants se sont ensuite rendus devant la résidence privée du maire de Montréal, Gérald Tremblay, où les attendait un cordon de policiers.

À 22 h 50, les agents sont intervenus et ont déclaré la manifestation illégale après que des manifestants eurent lancé des objets sur la maison du maire. Il y a eu au moins six arrestations.

Pour relire notre couverture en direct :

Éducation

Société