•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Côte-Nord : les Premières Nations au coeur du Forum « Ne perdons pas le Nord! »

Extraction minière

Extraction minière

Radio-Canada

Chefs autochtones, groupes environnementaux et représentants syndicaux sont réunis à Québec pour le Forum « Ne perdons pas le Nord! ». Au menu, des discussions et des conférences concernant les enjeux sociaux liés au développement du Nord québécois.

La question autochtone a été longuement discutée et débattue.

Le chef de la communauté innue de Shefferville, Réal McKenzie, a résumé en un seul mot la perception qu'a sa communauté du Plan Nord : méfiance, envers le gouvernement, mais aussi envers les compagnies minières.

J'ai encore beaucoup de gens qui attendent leur tour pour avoir une job dans ces compagnies là...

Réal McKenzie, chef de la communauté de Shefferville

La question des ententes entre les Autochtones et le gouvernement a aussi occupé beaucoup de place. La question est complexe et elle divise les communautés entre elles.

La Convention de la Baie-James, signée en 1975, et la Paix des Braves, signée en 2002 avec la communauté crie de la Baie-James, demeurent les deux seules ententes entre le gouvernement et les Premières Nations.

Cependant, une grande partie du territoire, en particulier sur la Côte-Nord, n'est pas visée par ces ententes. Plusieurs communautés ne sont pas signataires de ces ententes.

Un défi de taille

L'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador s'affaire à créer un front commun afin que toutes les communautés touchées par le Plan Nord puissent intégrer les grandes conventions. Les communautés autochtones devront s'entendre, mais le gouvernement devra aussi participer aux discussions, explique le chef régional de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard. « Notre objectif à nous c'est de faire en sorte que, ok, on peut parler du Plan Nord, on peut parler de développement. Mais en même temps, il ne faut pas hypothéquer les responsabilités importantes du gouvernement du Québec à l'endroit des questions fondamentales, qui sont défendues par l'ensemble des communautés. Et ça, il n'y a personne qui peut le nier, même les communautés qui sont déjà sous convention. »

L'objectif demeure clair, les Premières Nations veulent intégrer ces grandes conventions, mais pas à n'importe quel prix.

D'après le reportage de William Phénix

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Économie