•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Seringues souillées trouvées dans des commerces : trois nouveaux cas à Sherbrooke

Archives
Archives
Radio-Canada

Trois autres seringues souillées de sang ont été trouvées mercredi dans des jeans en vente dans les deux magasins Zeller's de Sherbrooke.

Un homme dans la vingtaine, Patrick Beaudette, s'est piqué sur une seringue contenant du sang alors qu'il essayait une paire de jeans à la succursale du Carrefour de l'Estrie en fin de journée mercredi.

Sa conjointe, infirmière, a tout de suite nettoyé la blessure. L'homme s'est rendu à l'hôpital, où en plus d'effectuer une prise de sang, on lui a administré une première série de médicaments. Mais il devra attendre plusieurs mois avant de savoir s'il est atteint du VIH.

« Ce matin, je suis magané. C'est comme si un camion m'était passé dessus. C'est un gros stress qui s'en vient pour les prochaines journées. Pour l'hépatite, je le saurai rapidement, mais pour le VIH, ça peut prendre jusqu'à six mois. Ça gâche une journée et pas à peu près », déplore la victime.

Deux autres seringues ont été trouvées en soirée. D'abord une femme a communiqué avec les policiers après en avoir trouvé une dans sa laveuse. Elle venait de laver des jeans achetés quelques heures plus tôt au Zeller's du centre commercial Quatre-Saisons.

Un employé de la même boutique a découvert une autre seringue en vérifiant les pantalons offerts à la vente. Une enquête policière est en cours.

Nouvelle vague

En janvier, on avait assisté à une première vague de seringues souillées alors que des seringues avaient été trouvées dans des vêtements d'un commerce de Sherbrooke. Jonathan Champagne, un père de famille de Coaticook, avait été piqué par une seringue souillée en essayant des pantalons au magasin Harts du Carrefour de l'Estrie.

La direction des magasins Hart a dédommagé la victime en lui remettant 1500 $. M. Champagne a eu confirmation qu'il n'avait contracté aucune infection ni maladie lors de ce fâcheux incident.

Le Service de police de Sherbrooke tente de relier les deux événements. Il demande l'aide de la population pour l'aider à établir les faits.

Estrie

Justice et faits divers