•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Line Beauchamp interloquée et déçue par la contre-proposition des étudiants

Line Beauchamp

Line Beauchamp

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La ministre de l'Éducation du Québec, Line Beauchamp, se dit déçue par les propositions des associations étudiantes, puisqu'en proposant à nouveau un gel des droits de scolarité, sans hausse d'impôt, ils restent campés sur leurs positions, selon elle.

Un gel ne représente pas une proposition valable aux yeux de la ministre. « Je ne crois pas qu'on soit en mode rapprochement », considère-t-elle.

Je ne suis pas devant une contre-proposition, je suis devant une justification d'une position pour défendre le gel des droits de scolarité.

Line Beauchamp

Mme Beauchamp s'interroge par ailleurs sur ce qui motive les étudiants à demander un moratoire sur le financement des universités, alors que les principaux bénéficiaires d'un réinvestissement seraient les étudiants.

Elle s'étonne de cette idée, d'autant plus, selon elle, qu'il existe un consensus politique sur le besoin d'investir davantage dans les universités considérées sous-financées. « Quand vous regardez du côté de l'Assemblée nationale, dit-elle, à ma connaissance, dans les principaux partis politiques, personne en fait ne suggère d'arrêter d'investir dans les universités. Tout le monde parle de réinvestissement. »

Deux propositions sont par ailleurs accueillies favorablement par la ministre, soit celle d'établir un organisme de surveillance indépendant des universités et celle d'imposer un moratoire sur la création de campus délocalisés.

La ministre Beauchamp ne s'est pas prononcée sur les trois autres mesures suggérées : indexer à 3 % les enveloppes périphériques aux missions des universités (comme, par exemple, les dépenses de voyage), analyser les relations entre les entreprises et le monde universitaires, et tenir des états généraux sur l'éducation universitaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !