•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Extinction des dinosaures : un long déclin pour certains

Reconstitution d'un tyrannosaure

Photo : AMNH/J. Brougham

Radio-Canada

La disparition des dinosaures de la surface de la Terre à la fin du Crétacé, il y a 65 millions d'années, serait un phénomène plus complexe que la conséquence brutale d'un cataclysme comme la chute d'astéroïdes ou des éruptions volcaniques, affirment des chercheurs américains et européens.

Le chercheur Steve Brusatte de l'American Museum of Natural History et ses collègues européens affirment que les grands dinosaures herbivores étaient déjà sur le déclin au cours des dernières 12 millions d'années du Crétacé, mais pas les dinosaures carnivores, ni les herbivores de taille moyenne.

Les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Nature Communications en viennent à cette conclusion après avoir comparé les squelettes de différentes espèces.

Des éruptions volcaniques soudaines ou un impact d'astéroïde ont-ils terrassé les dinosaures en plein apogée? Nous avons découvert que c'est probablement beaucoup plus complexe que cela et qu'il ne s'agit peut-être pas de la catastrophe soudaine qui est souvent dépeinte.

Le chercheur Steve Brusatte

Le paléontologue Richard Butler, de l'Université Ludwig Maximilian de Munich, explique que la majorité des scientifiques considèrent les dinosaures comme une espèce monolithique. Or, ils étaient très diversifiés. Il y avait des centaines d'espèces vivant à la fin du Crétacé, qui différaient énormément par la taille, la forme ou le régime alimentaire.

Leurs résultats tendent à montrer que les Hadrosaures et les Cératopsidés, deux familles de dinosaures herbivores de grande taille, ont peut-être connu un déclin de la biodiversité dans les 12 millions d'années avant l'extinction massive.

Pendant ces années, ces herbivores sont devenus plus semblables les uns aux autres, signe que ces espèces étaient en difficulté.

Toutefois, les petits herbivores (Ankylosaures et Pachycéphalosaures), les dinosaures carnivores (Tyrannosaures et Coelurosaures), et les herbivores aux dents spatulées sans capacités de mastication (Sauropodes) sont demeurés relativement stables, ou ont même augmenté légèrement dans la biodiversité.

Des disparités géographiques auraient aussi compliqué les choses. Par exemple, les Hadrosaures étaient en déclin en Amérique du Nord, alors qu'ils auraient été en augmentation en Asie.

Ces résultats laissent donc penser que la disparition de ces animaux s'est faite d'une façon plus nuancée que ce qui était estimé à ce jour. Ainsi, le Crétacé supérieur n'était pas un monde perdu statique auquel un impact d'astéroïde a mis fin violemment.

Le saviez-vous?

En avril, d'autres chercheurs avaient montré du doigt la stratégie reproductrice des dinosaures, qui aurait aussi pu favoriser leur disparition. Ils affirmaient que les dinosaures auraient peut-être été pénalisés par leur condition d'ovipare par rapport aux mammifères vivipares.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Science