•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une technique novatrice pour combattre des algues envahissantes à Gracefield

Des toiles de jute déposées au fond du lac permettront de contrôler les myriophylles.

Des toiles de jute déposées au fond du lac permettront de contrôler les myriophylles.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un projet écologique unique en Amérique du Nord verra le jour en fin de semaine au lac Pémichangan à Gracefield, en Outaouais. L'Agence de bassin versant des 7 se prépare à instaurer une nouvelle technique pour mettre fin à la prolifération d'algues envahissantes, les myriophylles à épi, dans les cours d'eau.

L'Outaouais est une des régions du Québec où les myriophylles prolifèrent le plus dans les lacs. Cette algue, difficile à éliminer, est présente depuis plus d'une vingtaine d'années dans les plans d'eau. La nouvelle technique pourrait toutefois changer cette situation.

Depuis quelques jours, des écologistes et des stagiaires s'affairent à coudre des toiles de jute qui seront déposées au fond du lac Pémichangan afin de pouvoir contrôler les myriophylles et de préserver la qualité du lac.

On va avoir quatre scaphandriers, une équipe avec huit bateaux. On va être 25 personnes pour faire tout le travail.

Une citation de :Giorgio Vecco, directeur général de l'Agence de bassin versant des 7

Des résultats préliminaires devraient être connus cet été. Entretemps, plusieurs organismes environnementaux comptent sur cette nouvelle technique pour régler les problèmes de prolifération des myriophylles.

Une algue venue d'Asie

Les myriophylles, que l'on compare souvent aux pissenlits, ont des racines très profondes. Les algues se sont d'abord propagées par les bateaux venus d'Asie. Elles se sont par la suite répandues de lac en lac.

C'est un gros problème. Pour l'instant, il n'y a aucun moyen qui a été trouvé pour éliminer les myriophylles à épi dans les lacs de façon efficace.

Une citation de :Geneviève Michon, biologiste responsable du projet

En juin dernier, des associations pour la protection du lac des Trente et Un Milles et du lac Pémichangan ont fait le point sur les dommages causés par les myriophylles. La flore et la faune sont lourdement affectées par le phosphate qu'elles dégagent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !