•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Autisme : une molécule donne de bons résultats

Un garçon
Photo: iStockphoto

Une molécule qui cible l'action du glutamate, une substance chimique du cerveau, permet de réduire deux des principaux symptômes de l'autisme chez la souris : le comportement répétitif et le manque de sociabilité.

Des médicaments inhibant les effets du glutamate sont actuellement l'objet d'essais cliniques chez l'humain pour d'autres maladies et pourraient également être testés chez les patients autistes.

La médecine savait déjà que, chez les mammifères, les neurones qui contiennent le glutamate contrôlent les comportements répétitifs et sociaux.

La molécule GRN-529 régule la quantité de glutamate libéré dans le cerveau en agissant sur le récepteur mGlurR5.

L'expérience

Le Dr Jill Silverman et ses collègues du National Institute of Mental Health, aux États-Unis, ont testé les effets du GRN-529 dans des expériences portant sur une souche particulière de souris. Ces rongeurs, contrairement aux autres modèles de l'autisme chez la souris, présentent un comportement clair de type autistique, notamment :

  • des interactions sociales anormales
  • des modes de communication perturbés
  • un autotoilettage répétitif

Les chercheurs ont donc injecté la molécule directement dans le cerveau des souris, pour constater que son action réduisait les comportements répétitifs et palliait aussi, en partie, leur manque de sociabilité.

Les travaux montrent que le traitement n'a pas amélioré la communication des souris, une réalité qui laisse penser que le récepteur mGluR5 n'est pas impliqué dans des tâches comportementales complexes.

Le détail de cette étude est publié dans la revue Science Translational Medicine.

En janvier dernier, des chercheurs britanniques avaient annoncé qu'ils pouvaient détecter des signes d'autisme chez des bébés de 6 à 10 mois.

Deux mois plus tôt, des neurologues américains avaient découvert que les enfants autistes avaient plus de neurones et un cerveau plus gros que ceux qui ne souffraient pas de ce trouble du développement aux origines toujours incertaines.

Le saviez-vous?

L'autisme touche environ une personne sur 166, mais sa prévalence augmente constamment au Canada.

Santé