•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hélène Campbell se porte mieux

Hélène Campbell a reçu une greffe de poumons le 7 avril dernier.

Hélène Campbell a reçu une greffe de poumons le 7 avril dernier.

Photo : Manon Campbell

Radio-Canada

Alors qu'Hélène Campbell a subi une double greffe de poumons, le 7 avril dernier, environ 1500 Ontariens sont toujours dans l'attente d'une greffe d'organe.

Les parents et les médecins d'Hélène profitent donc de cette semaine de sensibilisation aux dons d'organes pour demander à la population de prendre le temps d'enregistrer leur consentement aux dons.

Hélène Campbell, une jeune femme d'Ottawa, récupère bien, deux semaines après avoir subi une double greffe des poumons, selon ses médecins.

« Il y a deux jours, elle disait qu'elle se sentait faible, mais ce matin, elle se sentait forte, émotionnellement. Je dirais qu'Hélène a gardé son côté positif », affirme sa mère Manon Campbell.

Ses médecins sont satisfaits de sa convalescence. Hélène pourra bientôt respirer sans l'aide d'un respirateur artificiel et elle pourra parler sous peu.

Les jours qui avaient suivi l'opération avaient été difficiles. Les médecins avaient constaté un début de rejet des poumons transplantés. Grâce à certains traitements plus agressifs, la jeune femme est maintenant sur la bonne voie. Elle pourrait sortir de l'hôpital d'ici quelques semaines.

Des gens autour du monde suivent Hélène Campbell

Atteinte d'une fibrose pulmonaire idiopathique, l'Ontarienne s'est tournée vers les médias sociaux pour sensibiliser la population aux dons d'organes.

Elle a d'ailleurs reçu des appuis de taille, dont Justin Bieber. Il a parlé d'elle à ses 20 millions d'admirateurs sur Twitter. Elle a aussi fait une apparition à l'émission d'Ellen Degeneres.

L'histoire d'Hélène a fait grimper le nombre d'Ontariens qui ont enregistré leur consentement aux dons d'organes. Dans la semaine qui a suivi son passage à la télévision, c'est plus de 3000 personnes qui se sont inscrites au registre.

Le Réseau Trillium pour le don de vie encourage les Ontariens à faire comme Hélène et d'utiliser les médias sociaux pour inciter leurs proches à devenir des donneurs.

Malgré une hausse du nombre de donneurs, des disparités persistent entre les régions de la province. Dans le nord de l'Ontario, à Sudbury, North Bay et Timmins par exemple, c'est près de la moitié de la population qui a signé sa carte de don d'organes. Dans la région de Toronto, ce chiffre est plus près de 10%.

Société