Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les boissons sucrées trop facilement accessibles aux jeunes, selon une étude

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans une récente étude, la Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) dénonce la promotion agressive des compagnies de boissons sucrées, particulièrement auprès des jeunes.

« Les boissons sucrées sont largement distribuées dans les supermarchés, dépanneurs, machines distributrices, [...] écoles, universités, hôpitaux, pharmacies, gares, parcs et j'en passe! », s'insurge par voie de communiqué Suzie Pellerin, directrice de la Coalition Poids.

Dans le troisième volet de son étude  (Nouvelle fenêtre)Les dessous du marketing des boissons sucrées, l'organisation recommande aux commerces de détail et aux restaurateurs de limiter l'exposition des jeunes aux boissons sucrées, en revoyant par exemple leur politique d'étalage ou en mettant en valeur des boissons plus nutritives.

La coalition propose en outre aux gouvernements provincial et fédéral de prendre exemple sur certaines municipalités, en limitant ou en interdisant complètement la vente de certaines boissons sucrées, telles les boissons énergisantes, dans ses établissements fréquentés par les jeunes, comme les écoles et les hôpitaux.

Les boissons sucrées incluent :

  • boissons gazeuses ordinaires (non diètes)
  • boissons aux fruits (punch, cocktail, etc.)
  • boissons sportives (Gatorade, Powerade, etc.)
  • boissons énergisantes sucrées (Red Bull, Monster, etc.)

Source : Coalition Poids

La Coalition Poids, qui est parrainée par l'Association pour la santé publique du Québec depuis 2008, rappelle qu'en 2006, aux États-Unis, les compagnies alimentaires ont dépensé 195 millions de dollars pour cibler les enfants et les adolescents dans les points de vente.

En octobre dernier, Santé Canada a resserré les règles encadrant la vente des boissons énergisantes, qui ne sont plus considérées par la loi comme des produits de santé naturels. La Coalition Poids avait alors applaudi une « décision qui marque un point tournant » dans la lutte contre l'obésité.

Quelques mois plus tard, la coalition a recommandé qu'une telle réglementation soit adoptée pour les boissons sucrées telles les eaux vitaminées et certaines boissons aux fruits, ce qui contraindrait du même coup les fabricants à présenter un tableau de valeurs nutritives.

Selon la Coalition Poids, la consommation d'une seule boisson sucrée par jour augmenterait de 60 % chez les enfants le risque d'obésité, multipliant ainsi la possibilité qu'ils souffrent de problèmes de santé liés à un excès de poids comme le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !