•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Salon Plan Nord s'est ouvert à Montréal

Le ministre des Ressources naturelles, Clément Gignac

Le ministre des Ressources naturelles, Clément Gignac

Radio-Canada

Le Forum stratégique sur les ressources naturelles avait lieu vendredi matin au Palais des congrès de Montréal, suivi du Salon Plan Nord, une foire de l'emploi qui se tient au même endroit vendredi et samedi.

Environ 1200 personnes, principalement issues des milieux d'affaires, ont pris part au forum, une initiative de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Le Salon Plan Nord, qui devait s'ouvrir à 14 h, a toutefois été retardé par la manifestation étudiante qui a fait rage à l'extérieur de l'édifice. Près de 500 postes sont à pourvoir d'ici samedi.

Jean Charest au Palais des congrèsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jean Charest au Palais des congrès

Le premier ministre Jean Charest, dont l'allocution a débuté environ trente minutes plus tard que prévu en raison des étudiants, a tourné l'affaire à la blague. « Le Salon du Plan Nord que nous allons ouvrir aujourd'hui, qui est déjà très populaire, les gens courent de partout pour entrer, est une occasion, notamment pour les chercheurs d'emplois. À ceux qui frappaient à notre porte ce matin, on peut leur offrir un emploi, dans le Nord autant que possible », a-t-il lancé en référence aux étudiants qui ont tenté d'entrer dans le Palais des congrès pour perturber la tenue du forum.

Emballés par le Plan Nord

D'emblée, le maire de Montréal, Gérald Tremblay, a qualifié le Plan Nord de « grappe entre toutes les grappes », qui concerne Montréal autant que les régions minières.

De son côté, le ministre des Ressources naturelles, Clément Gignac, a souligné que les ressources naturelles ne généraient peut-être que 5 % des emplois au Québec, mais 10 % du PIB et 40 % des exportations québécoises. Le ministre Gignac a promis que Québec sera prudent dans ses prises de participation dans les minières.

Quant à la chef de la direction de Rio Tinto Alcan, Jacynthe Côté, elle semble très enthousiaste face au Plan Nord et affirme même qu'elle regrette que les activités de l'entreprise au Lac-Saint-Jean ne soient pas incluses dedans.

Jacynthe CôtéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jacynthe Côté de Rio Tinto Alcan

« On aimerait mieux dans ce temps-là monter le Saguenay-Lac-Saint-Jean au 49e parallèle. On est juste sous la barre, si vous me permettez. En même temps, on est très actifs à Sept-Îles. Mais Rio Tinto, globalement, nous sommes en train d'investir massivement à Havre-Saint-Pierre. Et il est évident qu'on continue à explorer, à regarder. Nous demeurons très actifs par rapport à de nouvelles opportunités dans le Nord du Québec et du reste du Canada », dit-elle.

Mme Côté croit également que la volonté du gouvernement d'attirer des capitaux étrangers dans le Nord du Québec ne peut qu'être une bonne chose pour les entreprises d'ici.

« Nous sommes une entreprise globale parce que d'autres pays nous ont permis d'y entrer. Si on n'offre pas la réciprocité, nous on ne pourra pas non plus à long terme continuer à investir à l'extérieur. Donc, c'est bon pour le Canada et c'est bon pour les entreprises qui sont basées ici. Donc je pense qu'il faut garder les portes ouvertes et il faut continuer à faire comme le gouvernement fait, exiger des règles de développement durable », commente-t-elle.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie