•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

François Legault se met en selle

François Legault clôt son discours à l’issue du congrès.

François Legault clôt son discours à l’issue du congrès.

Radio-Canada

À la clôture du congrès de fondation de la Coalition avenir Québec, tenu à Victoriaville les 20 et 21 avril, le chef du parti a exprimé sa satisfaction des résultats des premières assises.

« Ça me donne l'espoir qu'on va gagner la bataille contre le cynisme à l'égard de la politique », a déclaré François Legault.

Le chef de la CAQ croit que son parti représente « une menace réelle au règne des vieux partis ». Pour lui, le combat politique ne fait que commencer.

Allant dans le même sens, l'éditorialiste de La Presse, André Pratte, estime que la CAQ pourrait « menacer à nouveau les deux "vieux partis", tellement elle offre ce que les Québécois désirent : un véritable changement. »

Débats animés, mais propositions adoptées

Les participants au congrès ont adopté samedi 54 des 59 propositions qui leur avaient été soumises.

Parmi les cinq propositions qui ont été renvoyées à la commission politique pour être revues, figurait celle de François Legault lui-même, qui consistait en une bonification du régime des prêts et bourses.

Cela n'a pas entamé l'enthousiasme du chef de la CAQ.

Des résolutions qui avaient d'abord été rejetées en atelier, en avant-midi, ont été réinstaurées dans le programme en après-midi, lors des plénières.

C'est le cas notamment de la proposition visant à limiter à 45 000 le nombre d'immigrants pendant deux ans pour implanter entre-temps des mécanismes afin de maximiser leur employabilité et leur intégration.

C'est aussi le cas de la résolution sur la promotion des arts et de la culture québécoise, qui avait été d'abord rejetée par les militants en atelier parce qu'ils la trouvaient insuffisante.

Parmi les propositions adoptées, on retrouve l'abolition du cours Éthique et culture religieuse au primaire et l'abolition des commissions scolaires, votée par une écrasante majorité.

Si la CAQ prend le pouvoir, elle s'engage à imposer le vote secret en cas d'accréditations syndicales. Les militants ont aussi convenu, après débat, d'augmenter les investissements de la Caisse de dépôt et placement dans les entreprises québécoises.

La Coalition promet aussi, notamment :

  • Un projet de loi sur des élections à date fixe, tous les quatre ans;
  • de verser la totalité des redevances sur les ressources naturelles non renouvelables au paiement de la dette;
  • de rendre l'étiquetage obligatoire pour tous les produits contenant des OGM et;
  • de demander un amendement à la Charte canadienne des droits et libertés afin d'abolir les écoles passerelles.

À propos des débats, M. Legault a déclaré avoir senti que « même s'il y avait des désaccords », les militants de la CAQ avaient « une vision commune de l'avenir du Québec ».

Par ailleurs, notre journaliste Michel Pepin a relevé que François Legault avait tenté de rassurer l'électorat anglophone et allophone.

Dans son discours de clôture, il a lancé « We care », qui ressemble à un slogan de campagne en direction de cet électorat.

Lire le blogue de Michel Pepin  (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique