•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 150 arrestations à l'UQO lors d'une manifestation

Les manifestants sont à l'intérieur du pavillon Lucien-Brault à l'UQO

Les manifestants sont à l'intérieur du pavillon Lucien-Brault à l'UQO

Photo : Patrick Pilon

Radio-Canada

Le Service de police de Gatineau a annoncé que 151 personnes ont été arrêtées, jeudi, lors d'une manifestation à l'Université du Québec en Outaouais (UQO). Ils seront relâchés en soirée mais devront comparaître au palais de justice de Gatineau à une date ultérieure. Ils feront face à une accusation de méfait.

Le chef du service de police, Mario Harel, a ajouté que trois personnes supplémentaires ont été arrêtées en matinée, une pour entrave au travail des policiers et deux autres pour désordre en vertu du règlement municipal. Plus de 400 personnes étaient présentes à la manifestation.

Deux manifestants ont été blessés lorsqu'ils se sont avancés vers les policiers.

Suspension des cours

L'Université du Québec en Outaouais a annoncé que les cours sont annulés au moins jusqu'à vendredi soir. La direction de l'université a pris cette décision en raison des manifestations qui ont eu lieu au pavillon Lucien-Brault.

L'université affirme ne plus être en mesure d'assurer la sécurité de son personnel et des étudiants qui se sont présentés en classe. Une injonction oblige l'établissement d'enseignement à offrir ses cours. Le recteur de l'université, Jean Vaillancourt, a indiqué que l'établissement a déployé toutes les mesures raisonnables pour respecter l'injonction mais que la sécurité du personnel et des étudiants est menacée.

Plus tôt dans la journée, les manifestants contre la hausse des droits de scolarité ont déambulé dans les rues du secteur du Hull. Les étudiants en grève ont reçu des renforts, au moins quatre autobus, avec à leur bord au moins 150 personnes, sont venus de Montréal et de Valleyfield.

Les policiers ont utilisé du poivre de cayenne à au moins deux reprises pour disperser la foule. Des étudiants qui portent des croix et des bandeaux rouges prodiguent les premiers soins aux manifestants qui en ont besoin. Le mouvement semble bien organisé.

Des étudiants reçoivent les premiers soinsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des étudiants reçoivent les premiers soins

Les manifestants se sont ensuite dirigés vers le centre-ville et ont bloqué le boulevard des Allumetières. Ils se sont ensuite retrouvés au pavillon Alexandre-Taché de l'UQO.

Des professeurs et des étudiants qui étaient dans l'établissement avant l'arrivée des manifestants ont choisi de quitter les lieux. Ils disaient craindre pour leur sécurité.

C'est presque impossible de donner des cours. J'ai vu des secrétaires paniquées.

Marc Sarazin, professeur à l'UQO
Des manifestants tentent d'entrer à l'intérieur de l'UQO.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des manifestants tentent d'entrer à l'intérieur de l'UQO.

Photo : Lorian Bélanger

La direction de l'UQO a publié un communiqué à son personnel pour dire que les mesures de sécurité étaient renforcées, jeudi.

Elle recommandait aussi aux employés de se retirer dans un endroit sécuritaire et de fermer la porte à clé advenant un mouvement de foule.



Des ouvriers se sont aussi affairés à sécuriser les deux campus de l'Université afin d'éviter les débordements, très tôt jeudi matin. Ils ont notamment retiré des blocs de béton afin que ceux-ci ne servent pas de projectiles.

Des étudiants quittent Montréal en autobusAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Environ 150 étudiants ont quitté Montréal pour venir appuyer les grévistes de l'UQO

Rappel des faits

Le climat était très tendu dans la rue et dans les classes, mercredi. Près de 160 constats d'infraction au Code de la route ont été distribués par la police de Gatineau, qui a déployé son escouade antiémeute.

Des ouvriers s'affairent à sécuriser le campus de l'UQOAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des ouvriers s'affairent à sécuriser le campus de l'UQO

Photo : Mathieu Nadon

Les étudiants contre la grève qui ont déposé une demande d'injonction pour obliger la reprise des cours ne s'attendaient pas à ce que la situation prenne cette tournure.

Le groupe a décidé de tendre une perche aux grévistes, au syndicat des professeurs ainsi qu'à la direction de l'Université afin de parvenir à une entente.

On a tenté d'ouvrir une ligne de communication avec les divers intervenants, les rouges se sont dits ouverts.

Ugo De Montigny, étudiant contre la grève

Cégep de l'Outaouais

Du côté du Cégep de l'Outaouais, la direction a décidé d'annuler la session d'été qui devait débuter le 28 mai. En tout, 350 étudiants seront touchés. Ils auront toutefois la possibilité de suivre leurs cours à distance.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société