•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une décision ardue pour les travailleurs de NewPage au Cap-Breton

Travailleurs de NewPage

Un travailleur dépose son bulletin de vote dans une urne.

Photo : Gary Mansfield/CBC

Radio-Canada

Les anciens travailleurs syndiqués de la papetière NewPage, en Nouvelle-Écosse, décident de l'avenir de l'usine en votant sur le contrat que leur offre l'acheteur potentiel de l'usine.

Le vote a commencé lundi matin. Il se poursuit mardi jusqu'à 20 h. Environ 400 syndiqués ont le droit de vote. Près d'une centaine de travailleurs qui sont partis dans l'Ouest canadien ne pourrons pas voter.

La décision est difficile à prendre puisque l'acheteur potentiel, Pacific West, embaucherait moins de la moitié des 600 travailleurs, sans nécessairement respecter leur ancienneté. Elle refuse également de renflouer la caisse de retraite largement déficitaire.

De plus, l'entreprise offre un contrat de 10 ans comportant un gel des salaires durant cette période.

André Samson, un travailleur de Petit-de-Grat, attend de voter parce qu'il s'agit d'une décision difficile à prendre.

« Je ne suis pas sûr encore parce que je suis pas mal désappointé de ce qui s'est passé à la réunion. On est pas mal poussé pour faire notre décision. On aimerait avoir plus de temps, et on n'a pas de temps. Ils disent qu'il faut que ce soit fait tout de suite. Avec Nova Scotia Power, il y a des mois et des mois à faire leur décision, mais les travailleurs c'est tout de suite », déplore André Samson.

Pacific West menace de retirer son offre d'achat de l'usine si les travailleurs rejettent ce contrat.

L'usine NewPage est le pilier économique d'une bonne partie du Cap-Breton.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Emploi

Économie