•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Massacre en Norvège : « Oui, je le ferais de nouveau », dit Breivik

Anders Behring Breivik fait de nouveau son salut d'extrême droite au deuxième jour de son procès au tribunal d'Oslo, en Norvège.

Anders Behring Breivik fait de nouveau son salut d'extrême droite au deuxième jour de son procès au tribunal d'Oslo, en Norvège.

Photo : AFP / ODD ANDERSEN

Radio-Canada

Au deuxième jour de son procès, Anders Behring Breivik, qui reconnaît avoir tué 77 personnes dans un double attentat l'été dernier en Norvège, s'est expliqué mardi devant le tribunal d'Oslo en affirmant qu'il recommencerait le massacre.

« Oui, je le ferais de nouveau », a-t-il déclaré, ajoutant que les 69 jeunes travaillistes abattus sur l'île Utoya étaient « naïfs et endoctrinés » et qu'ils n'étaient pas des « enfants innocents, mais des militants politiques ».

D'entrée de jeu, il a indiqué qu'il avait réussi à mener l'attaque politique la plus sophistiquée et la plus spectaculaire depuis la Seconde Guerre mondiale. Il estime par ailleurs que finir ses jours en prison ou mourir pour son peuple est le plus grand des honneurs.

Anders Behring Breivik a lu devant la Cour une déclaration qu'il a qualifiée « d'allégée » par égard pour les victimes, dans laquelle il a dénoncé les gouvernements de Norvège et du reste de l'Europe en les accusant de favoriser l'immigration et le multiculturalisme.

Les attaques du 22 juillet étaient des attaques préventives pour défendre les Norvégiens de souche. J'ai agi en situation d'urgence au nom de mon peuple, de ma culture, de mon pays. [...] Et je demande donc à être acquitté.

Anders Behring Breivik

En arrivant au tribunal d'Oslo, Anders Behring Breivik a de nouveau fait son salut d'extrême droite dans le prétoire, portant son poing droit fermé sur le coeur, puis tendant le bras dans les airs après avoir été libéré de ses menottes.

La journée de mardi et les quatre suivantes doivent être consacrées au témoignage de Breivik, dont les propos seront « extrêmement difficiles » à entendre, a prévenu son avocat Geir Lippestad.

Un des juges renvoyé

Avant que l'accusé ne puisse s'exprimer, la juge Wenche Elizabeth Arntzen, qui préside la procédure, avait suspendu la séance d'une demi-heure après que l'accusation, la défense et les avocats des parties civiles eurent demandé la révocation d'un des juges.

Thomas Indreboe, un réceptionniste désigné pour assister les deux juges professionnels dans le procès, aurait reconnu avoir écrit sur le site Internet du tabloïd Verdens Gang (VG) au lendemain du massacre : « La peine de mort est la seule solution juste dans cette affaire!!!!!!!!!! ».

Le magistrat non professionnel a été renvoyé pour avoir tenu des propos semant le doute sur son impartialité et a été remplacé par un des juges subsidiaires, Anne Elisabeth Wisloeff.

Panel de cinq juges

Anders Behring Breivik sera jugé par cinq juges, deux magistrats de profession - dont Wenche Elizabeth Arntzen - et trois personnes issues de la société civile, conformément à un mécanisme de justice populaire en vigueur en Norvège. La voix des trois citoyens pèsera autant que celle de leurs collègues professionnels, dont le verdict est attendu pour juillet prochain.

Anders Behring Breivik revendique l'attentat à la bombe survenu le 22 juillet 2011 contre le siège du gouvernement à Oslo, qui a fait 8 morts, et le massacre par balle de 69 personnes sur l'île d'Utoya, où se tenait un camp d'été des jeunesses travaillistes.

Il reconnaît être l'auteur des meurtres, mais il nie être un criminel, car il se dit en guerre contre l'immigration musulmane et le multiculturalisme en Europe. Il qualifie son geste de « cruel », mais nécessaire.

Après avoir plaidé non coupable lundi, il a contesté la compétence du tribunal et a rejeté l'autorité de la juge Wenche Elisabeth Arntezn, notamment parce qu'elle est amie avec la soeur de l'ancien premier ministre et chef du Parti travailliste, Gro Harlem Brundtland.

Il est également resté impassible à la lecture de l'acte d'accusation pour terrorisme et meurtres avec préméditation qui décrivait comment chaque victime a perdu la vie, ainsi que ses préparatifs en vue des attaques.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

International