•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des militants pro-Palestiniens refoulés à l'aéroport international de Tel-Aviv

Le premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou s'est prononcé lundi devant l'AIPAC.

Le premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou s'est prononcé lundi devant l'AIPAC.

Photo : AP/Cliff Owen

Radio-Canada

Des militants de l'opération « Bienvenue en Palestine », qui vise à dénoncer le contrôle des accès aux territoires palestiniens occupés par Israël, ont été interceptés à Tel-Aviv, et 58 d'entre eux sont en instance d'expulsion d'Israël.

Les services de sécurité ont intercepté 79 militants de la cause palestinienne au cours du week-end. Ces militants sont désormais interdits de séjour en Israël pour une période de 5 ans. Des 79 militants interceptés, 21 ont déjà été renvoyés dans leur pays de départ et 58, dont 43 Français, attendent de subir le même sort. Deux autres militants sont détenus à l'aéroport international Ben Gourion par les services d'immigration, a précisé le ministère de l'Intérieur.

Des Québécois parmi les militants expulsés

Des 1500 participants qui ont tenté de se joindre à l'opération, 18 sont Québécois. Ils ont pris l'avion en direction de Tel-Aviv, qui est l'unique point d'entrée en territoires palestiniens. De ces 18 Québécois, cinq (Diane Lamoureux, Lorraine Guay, Julie Lachapelle, Jean-Paul Cyr et Marjolaine Goudreau) ont été bloqués à Paris et deux autres ont été refoulés à leur arrivée à Tel-Aviv.

Le délégué de la CSN-Construction Ted McLaren a été arrêté et expulsé vers Newark aux États-Unis, même s'il n'a jamais signé son avis d'expulsion. Un travailleur social de la région de Gatineau a subi le même sort. Mario Dion a été expulsé vers Vienne, en Autriche.

« Les mesures draconiennes prises par le gouvernement et les services secrets israéliens pour empêcher le millier de volontaires de rejoindre la Palestine se sont transformées en désastre diplomatique et politique pour [le premier ministre Benyamin] Nétanyahou et sa clique », a déclaré l'une des organisatrices de l'opération, la Française Olivia Zémor.

Seulement une demi-douzaine d'activistes sont parvenus à gagner la ville de Bethléem en Cisjordanie, a indiqué Mme Zémor. De son côté, le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou s'est félicité de l'efficacité des services de sécurité de l'aéroport Ben Gourion.

L'opération « Bienvenue en Palestine » en était à sa troisième année consécutive d'activités. L'opération consiste à faire entrer en Cisjordanie des sympathisants du monde pour dénoncer le contrôle d'Israël sur les accès aux territoires occupés. Des quelque 1500 participants espérés, moins d'une centaine sont arrivés à Tel-Aviv. La vaste majorité a été bloquée à l'embarquement à la demande des autorités israéliennes.

Le député de Québec solidaire, Amir Khadir, un représentant de la Coalition pour la justice et la paix en Palestine, Bruce Katz, et le directeur général de l'Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI), Gervais L'Heureux, ont dénoncé la situation lors d'une conférence de presse donnée dimanche au Québec.

Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne

International