Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alcool au volant : tolérance zéro pour les conducteurs de 21 ans ou moins

Contrôle routier

(archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dès le 15 avril, tous les titulaires de permis de conduire âgés de 21 ans et moins devront respecter la règle de zéro alcool au volant.

À quelques semaines de la saison des bals de finissants, Québec emboîte ainsi le pas à d'autres provinces canadiennes qui ont pris cette mesure afin de réduire la mortalité au volant chez les jeunes conducteurs.

La loi modifiant le Code de la sécurité routière en ce sens a été adoptée en décembre 2010.

Une telle politique de tolérance zéro pour les moins de 21 ans existe déjà en Ontario, au Manitoba, au Nouveau-Brunswick et dans une trentaine d'États américains.

Une série de mesures ont été mises en oeuvre au cours des dernières années par Québec pour tenter de réduire le nombre d'accidents routiers des jeunes. Les cours de conduite sont redevenus obligatoires en janvier 2010. En outre, depuis la mi-juin 2011, les conducteurs de moins de 25 ans sont soumis à un régime de points d'inaptitude beaucoup plus sévère.

Les jeunes de 16 à 24 ans ne détiennent que 10 % des permis de conduire, mais ils sont impliqués dans près du quart des accidents avec dommages corporels. La situation semble toutefois s'améliorer : dans son bilan de la sécurité routière de 2011, la Sûreté du Québec a noté une baisse de près de 41 % du nombre de jeunes ayant perdu la vie dans des collisions de 2010 à 2011.

Jusqu'alors, au Québec, seuls les détenteurs d'un permis d'apprenti conducteur ou d'un permis probatoire étaient soumis à la règle de tolérance zéro en matière d'alcool au volant.

Sanctions

La SAAQ précise que les sanctions prévues pour les conducteurs de 21 ans et moins qui conduiront après avoir consommé de l'alcool sont les mêmes que pour les titulaires d'un permis d'apprenti conducteur ou d'un permis probatoire. Ainsi, même si leur alcoolémie ne dépasse pas la limite légale de 80 mg d'alcool par 100 ml de sang, leur permis sera immédiatement suspendu pour une période de 90 jours. S'ils sont déclarés coupables, ils verront 4 points d'inaptitude inscrits dans leur dossier de conduite et devront payer une amende de 300 $ à 600 $.

Alcool, pas tous égaux (source : SAAQ)
Pour un taux d'alcoolémie semblable, les jeunes conducteurs présentent un risque relatif d'accident mortel beaucoup plus élevé que les conducteurs plus âgés (selon une étude réalisée par la Fondation de recherches sur les blessures de la route au Canada).

Alcool et conduite, les perceptions et les attitudes

Dans une enquête publiée en janvier 2012, intitulée Sondage sur la consommation d'alcool et la conduite automobile dans la population québécoise, la SAAQ évalue les habitudes de consommation d'alcool, ainsi que les attitudes et les comportements relatifs à la consommation d'alcool et à la conduite automobile chez les titulaires de permis de conduire. Cette enquête constitue un suivi sur une première étude réalisée l'année dernière.

Quelques faits saillants :
-Le taux de conduite après avoir consommé de l'alcool est un peu plus élevé qu'en juillet 2011.
-44 % des conducteurs avouent avoir conduit alors qu'ils avaient consommé de l'alcool, et ce, dans les douze derniers mois, une hausse de quatre points par rapport à juillet 2011.
-12 % des conducteurs disent avoir conduit après avoir bu deux consommations ou plus dans l'heure précédant leur départ et 5 % après plus de cinq consommations.

Méthodologie :
Ce sondage a été effectué par la firme Léger marketing auprès de 2100 Québécois âgés de 16 ans ou plus qui détiennent un permis de conduire valide.

Les parents acceptent la responsabilité d'éduquer

Par ailleurs, un autre sondage effectué pour la SAAQ montre que la majorité des parents de jeunes conducteurs se perçoivent comme les premiers responsables de l'éducation de leurs enfants en matière de sobriété au volant.

Tableau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !