Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Université de Montréal obtient une injonction contre les grévistes étudiants

L'Université de Montréal

L'Université de Montréal

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les jugements défavorables aux grévistes étudiants se multiplient en Cour supérieure du Québec.

L'Université de Montréal a obtenu mercredi une injonction interlocutoire provisoire empêchant la tenue de manifestations qui empêcheraient les employés et les étudiants d'avoir accès à l'ensemble de ses installations.

Selon l'Université de Montréal, le jugement ordonne aux associations étudiantes et à toute autre personne :

  • de ne pas bloquer l'accès aux bâtiments du campus et aux salles de classe;
  • de s'abstenir d'empêcher, en tout ou en partie, la tenue des activités universitaires, ce qui inclut notamment les cours, les réunions et la prestation des services;
  • de s'abstenir d'intimider ou de menacer tout membre de la communauté universitaire, de même que les visiteurs de l'Université et toute personne en relation avec l'UdeM.

L'injonction est valide jusqu'au 20 avril, précise l'établissement dans un communiqué publié jeudi. Les contrevenants sont passibles d'outrage au tribunal.

À lire aussi

Des centaines de personnes ont manifesté jeudi à l'Université de Montréal et dans ses environs pour dénoncer l'injonction obtenue par la direction.

La Fédération des associations étudiantes du campus de l'Université de Montréal (FAECUM) souligne pour sa part qu'elle s'est entendue avec l'Université sur les modalités de la poursuite de la grève dans la foulée de cette demande d'injonction.

« Cette entente ressemble en plusieurs points à celle intervenue entre le rectorat de l'UQAM et les associations étudiantes de cette université », a-t-elle affirmé par voie de communiqué.

La FAECUM dénonce par ailleurs la manière « cavalière » dont l'Université de Montréal a procédé dans cette affaire. Elle dit n'avoir reçu « aucune correspondance en lien avec cette injonction »

L'association étudiante estime qu'il s'agit là d'une « méthode sournoise » de faire le travail de la ministre de l'Éducation. Line Beauchamp a demandé mercredi aux établissements postsecondaires d'offrir leurs cours normalement, peu importe que les étudiants y assistent ou non.

« Que la ministre serre la vis au point où le rectorat de l'Université de Montréal amène en cour ses propres étudiants, c'est honteux! », déplore la secrétaire générale de la FAECUM, Stéfanie Tougas.

La semaine dernière, l'Université de Montréal avait indiqué que la session qui devait se terminer le 30 avril était prolongée jusqu'au 15 juin, mais prévenait qu'elle ne pourrait pas garantir que le semestre se terminerait à cette date si un retour en classe n'était pas effectué avant le 10 avril.

Selon la Coalition large de l'Association étudiante pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), 20 331 étudiants de l'Université de Montréal sont en grève, dont quelques centaines qui débraient depuis le mois de février.

Victoire étudiante à Valleyfield

Les étudiants qui contestent la hausse des droits de scolarité de 1625 $ sur cinq ans ont forcé le Collège de Valleyfield à fermer ses portes jeudi. Des grévistes se sont présentés par centaines pour bloquer les accès de l'établissement, après avoir appris que la direction avait décrété la reprise des cours.

L'injonction de Laurent Proulx est prolongée

Jean-François Morasse et Laurent Proulx au palais de justice de QuébecAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jean-François Morasse et Laurent Proulx au palais de justice de Québec

À Québec, la Cour supérieure a prolongé l'injonction interlocutoire qu'elle avait accordée il y a dix jours à un étudiant de l'Université Laval qui souhaitait pouvoir suivre son cours d'anthropologie.

Un autre étudiant, Jean-François Morasse a aussi obtenu une injonction provisoire de la Cour supérieure, jusqu'au 23 avril, pour qu'il puisse suivre ses cours.

Inspiré par Laurent Proulx, il a fait valoir que la perspective de suivre des cours de façon accélérée lui causerait beaucoup de tort, étant donné qu'il souffre d'un déficit d'attention.

À l'Université du Québec à Rimouski, l'audition d'une demande d'injonction provisoire présentée par un étudiant en génie mécanique, Marc-André Jourdain, est prévue vendredi matin au palais de justice de Rimouski.

Des étudiants de l'UQO saisissent les tribunaux

Les étudiants contre la grève à l'UQO ont expliqué les préjudices que leur a causé l'arrêt des cours.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les étudiants contre la grève à l'UQO ont expliqué les préjudices que leur ont causé l'arrêt des cours.

À Gatineau, un groupe d'une cinquantaine d'étudiants de l'Université du Québec en Outaouais (UQO) déposera vendredi une demande d'injonction en Cour supérieure pour forcer l'établissement à donner ses cours.

Ils argueront qu'ils subissent un préjudice important depuis que la direction de l'Université a décidé de suspendre les cours à la fin mars, en raison de la grève, et qu'il est urgent que la justice s'en mêle.

D'autres étudiants à l'UQO ont plutôt déposé une plainte contre des professeurs qui continuent de donner leurs cours par Internet, malgré l'avis de suspension décrété par le recteur. La direction a demandé aux professeurs en cause de cesser cette pratique, tant que la grève n'est pas terminée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !