•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les compressions fédérales pourraient compromettre la sécurité, selon le syndicat des douanes

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Jean-Pierre Fortin, président national du Syndicat des douanes et de l'Immigration

Jean-Pierre Fortin, président national du Syndicat des douanes et de l'Immigration

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La sécurité des Canadiens pourrait être compromise en raison des compressions budgétaires à l'Agence des services frontaliers, selon le Syndicat des douanes et de l'immigration.

Lors d'une conférence de presse, jeudi, le président national du syndicat, Jean-Pierre Fortin, a indiqué que 1100 employés, notamment dans la section de la collecte de renseignements, avaient déjà été avertis que leur poste était en péril, dans la foulée du dernier budget fédéral.

En s'attaquant ainsi aux services frontaliers, le gouvernement affaiblit la première ligne de défense du pays en matière de sécurité nationale et de sécurité publique.

Jean-Pierre Fortin, président national du Syndicat des douanes et de l'immigration

L'Agence doit composer avec une réduction de 143 millions de dollars à son budget au cours des trois prochaines années.

Selon le syndicat, les effets de ces compressions se traduiront notamment par un temps d'attente plus élevé aux frontières. Les compressions annoncées constituent une contradiction par rapport à l'engagement pris par le Canada au chapitre de la sécurité frontalière.

Le gouvernement conservateur avait annoncé en décembre un accord de périmètre de sécurité avec les États-Unis pour accélérer le commerce tout en resserrant la protection contre les menaces terroristes.

Mais les compressions annoncées viennent diminuer l'accent mis sur cet accord de sécurité frontalière, qui repose d'abord et avant tout sur les renseignements, a fait remarquer Jean-Pierre Fortin.

Au ministère de la Sécurité publique, une porte-parole du ministre Vic Toews, Julie Carmichael, a refusé de commenter les possibles impacts de ces coupes en soulignant que le gouvernement fédéral se concentrait sur l'économie et que les compressions permettraient aux contribuables de réaliser des économies tout en préservant la sécurité des Canadiens.

Ottawa affirme également que les compressions toucheront principalement des services administratifs. Par ailleurs, les budgets de l'Agence ont augmenté de 26 % depuis l'arrivée du gouvernement au pouvoir, un avis que partagent certains experts.

« On peut couper énormément là-dedans sans qu'il y ait d'effet sur la sécurité nationale. Il est temps de dégonfler un petit peu l'hyperinflation qu'il y a eu lieu dans ces zones-là de sécurité nationale depuis les 10 dernières années », estime le professeur agrégé à l'École de service social de l'Université Laval, Stéphane Leman-Langlois.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !