Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa prié de dévoiler les détails des compressions dans la fonction publique

Selon Larry Rousseau, vice-président  exécutif régional de la capitale nationale (AFPC)

Selon Larry Rousseau, vice-président exécutif régional de la capitale nationale (AFPC)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) demande au gouvernement Harper de dévoiler les détails des compressions annoncées dans le dernier budget fédéral.

Dans une conférence de presse mercredi à Ottawa, les responsables de l'AFPC ont fait part de leur inquiétude face au rythme de ces compressions en soulignant que les Canadiens doivent savoir quels sont les services qui seront touchés par ces pertes d'emploi.

Selon le vice-président exécutif régional de la capitale nationale (AFPC), Larry Rousseau, 5561 employés de 23 ministères ont déjà reçu des avis indiquant qu'ils pouvaient perdre leurs postes.

Jamais dans la vie de l'Alliance de la Fonction publique n'avons-nous vu autant d'avis sortir si rapidement à la suite d'un budget.

Une citation de :Larry Rousseau, vice-président exécutif régional de la capitale nationale (AFPC)

Ministères les plus touchés - Alliance de la fonction publique du Canada

  • Agence des services frontaliers du Canada 1137 postes touchés
  • Santé Canada : 715 postes touchés
  • Agriculture Canada : 689 postes
  • Agence canadienne de développement international (ACDI) : 534 postes
  • Agence de la santé publique du Canada : 483 postes

Le président national de l'AFPC, John Gordon, a affirmé que le gouvernement refusait toujours de dévoiler les renseignements sur les compressions et leurs conséquences sur le service public. Il estime que le gouvernement est en train de faire « une mauvaise gestion du pays et de l'économie en coupant des postes et surtout des services dont les Canadiens ont besoin ».

Le Manitoba verra notamment la fermeture d'au moins trois bureaux régionaux en raison des suppressions de postes imposées par le dernier budget fédéral.

Salubrité des aliments : 100 inspecteurs en moins

Avec les compressions annoncées, il risque d'y avoir quelque 100 inspecteurs de moins pour s'assurer de la sécurité des aliments au pays, a estimé le syndicat Agriculture de l'Alliance de la fonction publique.

Le budget de l'Agence canadienne d'inspection des aliments a été amputé de 56 millions de dollars sur trois ans. Cela correspond à la perte de 308 postes, selon le président du syndicat Bob Kingston.

Ces abolitions de postes, explique Bob Kingston, annulent tous les ajouts d'employés qui avaient été embauchés après la crise de la listériose qui avait affecté les viandes froides de marque Maple Leaf en 2008. Une vingtaine de Canadiens étaient morts en lien avec la listériose.

Le gouvernement sabre la salubrité des aliments à l'aveuglette, sans comprendre à quel point les conséquences seront graves, a déclaré M. Kingston.

Anciens Combattants : des postes abolis, d'autres pourraient suivre

Au ministère des Anciens Combattants, 261 personnes à l'échelle du pays ont reçu une lettre les informant que leur poste pourrait faire partie des 75 qui doivent être abolis cette année.

Au moins 11 postes d'agents de service aux clients seront supprimés à Québec.

Jean-Christophe de le Rue, porte-parole du ministre des Anciens Combattants, a déclaré mercredi que le gouvernement allait continuer à « réduire la paperasse afin de fournir à nos vétérans le service sans tracas qu'ils ont demandé ».

« Nous allons continuer à nous assurer que nous avons les bons employés aux endroits appropriés. Notre gouvernement va continuer à s'assurer que les héros de notre nation reçoivent les meilleurs soins possible », a ajouté le porte-parole de Steven Blaney.

Ministères les plus touchés - Institut professionnel de la fonction publique

  • Agence canadienne d'inspection des aliments : 344 postes touchés
  • Santé Canada : 328 postes
  • Industrie Canada : 219 postes
  • Ministère des Ressources naturelles : 156 postes
  • Agriculture et agroalimentaire Canada : 153 postes
  • Environment Cacada : 137 postes
  • Agence de Santé publique : 75 postes
  • Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international : 53 postes
  • Citoyenneté et Immigration Canada : 40 postes
  • Agence spatiale canadienne : 23 postes

Des postes d'analystes abolis par centaines

Plusieurs centaines d'analystes des politiques gouvernementales pourraient également perdre leur emploi en raison des compressions annoncées dans la fonction publique.

Les employés visés et leurs représentants se demandent comment le gouvernement Harper élaborera désormais ses nouvelles politiques au cours des prochains mois.

Quelque 690 membres du syndicat, qui représente les économistes et les spécialistes en sciences sociales, ont appris ce mercredi qu'ils risquaient de perdre leur poste. Environ 160 autres avaient déjà été prévenus la semaine dernière.

Répartis à travers la fonction publique, de Santé Canada au Bureau du Conseil privé, ces analystes font partie des 19 200 fonctionnaires qui seront remerciés dans la foulée du dernier budget fédéral.

Le gouvernement conservateur explique que ces réductions sont nécessaires pour réduire le poids de la fonction publique et réaliser des économies de 5,2 milliards de dollars au cours des trois prochaines années.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !