•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Anciens combattants : 11 postes d'agents de service abolis à Québec

Onze postes d'agents de service aux clients seront abolis à Québec.

Onze postes d'agents de service aux clients seront abolis à Québec.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministère des Anciens combattants n'échappe pas aux compressions annoncées récemment dans le budget fédéral. Au bureau de Québec, les 11 postes d'agents de service aux clients seront abolis.

À l'échelle du pays, 261 personnes ont reçu une lettre les informant que leur poste pourrait être aboli. Soixante-quinze postes seront supprimés dès cette année, mais on ignore pour le moment si les 11 agents de service de Québec feront partie de cette première vague de compressions.

L'AFPC indignée

Magali Picard de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) n'en revient pas qu'Ottawa ait touché aux services de première ligne destinés aux anciens combattants.

« Les gens de premières lignes qui donnent des soins, qui répondent, qui ont un contact direct avec nos militaires et nos anciens combattants ont reçu une lettre aujourd'hui, au moment où on se parle, leur disant que leur poste était maintenant touché », déplore-t-elle.

Selon les informations données à l'AFPC, une partie des services serait également privatisée, une décision qui indigne Mme Picard.

« On a dit qu'une partie des tâches serait privatisée. Quelle partie? On ne le sait pas. De quelle façon? On ne le sait pas non plus. Donc, moi, je vous dirais qu'on a encore une fois mis la charrue avant les boeufs. On est en train de couper, mais on ne sait pas qui va faire le travail, comment ça sera fait », dit-elle.

Daniel Pelletier, un ancien combattant, déplore également le fait qu'Ottawa ait aboli des postes d'agents de service : « On perd gros certain, parce que là, c'est aussi la peur de l'inconnu. Il va se passer quoi? [...] Lorsque tu attends un téléphone, c'est toujours angoissant. Tu te dis : « Qui va venir? Qui va donner le service s'il n'y a pas personne? »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !