•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Trayvon Martin : George Zimmerman accusé de meurtre non prémédité

La procureure spéciale Angela Corey

La procureure spéciale Angela Corey

Radio-Canada

George Zimmerman, un surveillant de quartier qui a admis avoir tué Trayvon Martin, un adolescent noir non armé en Floride, est accusé de meurtre non prémédité.

L'annonce a été faite mercredi par la procureure spéciale dans le dossier, Angela Corey.

Angela Corey a indiqué que l'affaire ne sera pas jugée sous la pression des médias ou des pétitions, rappelant que George Zimmerman s'est rendu lui-même aux autorités.

Les deux avocats de George Zimmerman ont affirmé qu'ils ne représentaient plus Zimmerman parce qu'ils n'ont eu aucun contact avec lui depuis dimanche et qu'ils ne savent pas où il se trouve.

Ils ont affirmé que l'homme âgé de 28 ans se cache et souffre d'un niveau élevé de stress à cause de l'attention médiatique dont il fait l'objet.

George Zimmerman a été placé en détention, a annoncé la justice américaine.

Plus tôt mercredi, le procureur général des États-Unis, Eric Holder, a déclaré que le ministère de la Justice menait une révision indépendante et complète du dossier après avoir ouvert sa propre enquête il y a trois semaines.

Plus précisément, Eric Holder a assuré que des « actions appropriées » seraient mises en oeuvre si l'enquête établissait qu'il s'agissait d'un crime raciste.

Depuis le 26 février, date à laquelle le jeune Trayvon Martin a été tué dans une communauté privée de la Floride, George Zimmerman maintient avoir agi en légitime défense après une bagarre.

Il n'a pas été arrêté en vertu de la loi sur la légitime défense en Floride, qui permet aux citoyens de faire usage de la force létale dans plusieurs circonstances.

La non-arrestation de Zimmerman a provoqué des manifestations aux États-Unis, attisé des tensions raciales et relancé le débat sur les lois sur la légitime défense.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Justice

International