•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'alerte au tsunami levée dans l'océan Indien

Des gens courent quelques minutes après le séisme, à Banda Aceh, en Indonésie.

Des gens courent quelques minutes après le séisme, à Banda Aceh, en Indonésie.

Photo : AFP / CHAIDEER MAHYUDDIN

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Centre américain d'alerte au tsunami du Pacifique a levé son alerte pour les pays du pourtour de l'océan Indien lancée après le séisme de magnitude 8,6 enregistré dans la matinée, au large de l'île indonésienne de Sumatra.

« Les indices dont nous disposons désormais font penser que la menace a diminué ou a disparu dans la plupart des secteurs », a annoncé le centre dans son dernier bulletin.

Plusieurs pays, dont l'Indonésie, ont par la suite levé leur alerte au tsunami. « L'alerte au tsunami a été levée. Les gens peuvent donc rentrer chez eux », a déclaré la présidente de l'Agence indonésienne de géophysique, Sri Woro B. Harijono, sur la chaîne de télévision Metro TV.

Le Sri Lanka et la Thaïlande ont aussi levé leur alerte au tsunami. L'Inde a quant à elle réduit le niveau d'alerte dans les îles Andaman et Nicobar, situées dans l'océan Indien, et a levé son avertissement concernant plusieurs États côtiers.

Selon l'Institut américain de géophysique (USGS), le premier séisme s'est produit à 8 h 38 GMT, à 23 km de profondeur et environ 430 km au sud-ouest de Banda Aceh, la capitale de la province d'Aceh, en Indonésie. Il a été suivi de répliques, dont l'une de magnitude de 8,2.

Les secousses avaient déclenché une alerte au tsunami dans l'ensemble de l'océan Indien, qui a touché l'Indonésie, l'Inde, le Sri Lanka, l'Australie, la Birmanie, la Thaïlande, le Pakistan, l'Iran, le Bangladesh, le Kenya, la Tanzanie, Singapour et l'Afrique du Sud.

Peu de dégâts signalés pour le moment

En Indonésie, les autorités chargées de la protection civile ont signalé la présence de vagues d'une hauteur d'environ un mètre qui se sont abattues sur le littoral ouest de Sumatra.

Elles continuent toutefois à évaluer la situation pour établir s'il y a eu des dégâts et des victimes, tout en s'attendant à ce que l'île de Simeulue, au large de Sumatra, soit la plus touchée. Elles prédisent de nouvelles répliques de faible intensité dans cette région.

Le courant électrique a été interrompu dans la province d'Aceh, où la population s'est réfugiée sur les hauteurs et où les sirènes d'avertissement ont été déclenchées. Dans les mosquées du plus important pays musulman de la planète, les fidèles récitaient des sourates du Coran.

Après les secousses, l'Institut américain de géophysique a signalé la présence de vagues d'environ un mètre près de l'épicentre du séisme. L'agence de géophysique indonésienne disait de son côté avoir détecté une hausse du niveau de l'océan atteignant 80 cm à l'ouest et au nord d'Aceh.

La secousse a été perçue très loin à l'intérieur des terres en Inde et en Thaïlande, et a été ressentie dans des immeubles de Bangkok. Les autorités thaïlandaises ont indiqué qu'une vague de 10 cm seulement avait touché une île de la côte ouest du pays et ont lancé une alerte au tsunami.

L'aéroport international de l'île thaïlandaise de Phuket, très prisée des touristes occidentaux, a été fermé une partie de la journée par les autorités. De nombreux embouteillages ont aussi été provoqués par le nombre élevé de gens qui tentaient de s'éloigner de la côte.

Des touristes évacués après l'alerte au tsunami à l'aéroport international de l'île thaïlandaise de Phuket.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des touristes évacués après l'alerte au tsunami à l'aéroport international de l'île thaïlandaise de Phuket.

Photo : AFP / Thadilok KONGJIA

L'Indonésie est située sur la ceinture de feu du Pacifique, à la rencontre des plaques continentales, où les séismes sont très fréquents. Le 26 décembre 2004, la région avait été frappée par un séisme de magnitude 9,1 à 9,3, qui a déclenché un tsunami qui avait tué plus de 200 000 personnes, dont 170 000 dans la seule province d'Aceh.

À Banda Aceh, des femmes s'étreignent et prient après avoir entendu parler de l'alerte au tsunami.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

À Banda Aceh, des femmes s'étreignent et prient après avoir entendu parler de l'alerte au tsunami.

Photo : AFP / CHAIDEER MAHYUDDIN

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, Reuters, et BBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !