•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Norvège : une nouvelle évaluation déclare Breivik responsable de ses actes

Anders Behring Breivik au tribunal
Anders Behring Breivik au tribunal Photo: AFP / DANIEL SANNUM LAUTEN
Radio-Canada

Une équipe d'experts psychiatriques statue qu'Anders Behring Breivik était sain d'esprit lorsqu'il a massacré 77 personnes l'été dernier, en Norvège, venant contredire un précédent rapport qui le jugeait psychotique et donc pénalement non responsable de ses actes.

Le tribunal d'Oslo dévoile les conclusions de cette évaluation à moins d'une semaine du début du procès de l'auteur avoué de la tuerie de 22 juillet 2011, qui doit commencer lundi prochain. En point de presse, les deux psychiatres chargés de la nouvelle évaluation ont expliqué qu'ils jugeaient qu'Anders Behring Breivik « n'était pas psychotique au moment des faits » et qu'il est donc pénalement responsable.

« Il y a un risque élevé de récidive », ont précisé Agnar Aspaas et Terje Toerrisen, qui estiment avoir disposé « d'autant, voire plus, de matériel » que leurs confrères pour évaluer la santé mentale de Breivik. Leur volumineux rapport s'appuie notamment sur onze entretiens avec l'accusé, trois semaines d'observation permanente et les procès-verbaux des auditions par la police.

La précédente expertise avait conclu qu'Anders Behring Breivik, 33 ans, souffrait de « schizophrénie paranoïde ». Cela avait amené les autorités à envisager son internement psychiatrique plutôt que la prison en cas de condamnation.

Commandée après le tollé soulevé par la première évaluation, la nouvelle expertise est, tout comme la première, provisoire et n'a qu'une valeur consultative. Le tribunal examinera donc les deux expertises psychiatriques pendant le procès. La décision sur l'état de santé mentale du militant d'extrême droite sera prise par un panel de cinq juges peu avant la fin du procès, qui devrait durer dix semaines.

L'avocat de Breivik, Geir Lippestad, a fait savoir que son client était « content » de la conclusion du rapport des nouveaux experts-psychiatres.

Me Lippestad prévient par ailleurs qu'il sera « extrêmement difficile [...] d'écouter ses explications lors du procès. « Il va non seulement défendre [son geste] mais aussi déplorer, je crois, de ne pas être allé plus loin. ».

Breivik risque 21 ans de prison

Anders Behring Breivik est formellement accusé d'acte de terrorisme et d'homicide volontaire. S'il était déclaré coupable mais psychotique, il serait contraint à des soins psychiatriques au lieu d'être emprisonné.

Il risque toutefois de se voir imposer une peine de 21 ans de prison s'il est reconnu pénalement responsable de ses actes. En droit norvégien, cette peine peut être prolongée indéfiniment si un risque de récidive est avéré.

Anders Behring Breivik revendique l'attentat à la bombe contre le siège du gouvernement à Oslo, qui a fait 8 morts, et le massacre par balle de 69 personnes sur l'île d'Utoya où se tenait un camp d'été des jeunesses travaillistes. Il reconnaît être l'auteur de ces meurtres, mais nie être un criminel, car il se considère en guerre contre l'immigration musulmane et le multiculturalisme en Europe.

Breivik dit avoir conçu ces attaques comme une action punitive contre les « traîtres » qui favorisent l'immigration. Il insiste d'ailleurs lui-même pour que ces attentats soient jugés comme des actes politiques et non l'oeuvre d'un esprit dérangé.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

International