•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sony supprimerait 10 000 emplois

Le directeur général de Sony, Kazuo Hirai (archives)

Photo : AFP / Kazuhiro Nogi

Radio-Canada

La multinationale Sony élimerait environ 10 000 postes, près de 6 % de ses effectifs, d'ici la fin de l'année, selon le quotidien japonais Nikkei. La moitié de ces pertes d'emplois découlerait de la cession d'activités.

Le géant de l'électronique tente de renouer avec la rentabilité, après quatre exercices déficitaires. Début février, Sony disait s'attendre à une perte annuelle de 220 milliards de yens (2,7 milliards de dollars canadiens) pour 2011-2012.

Selon le journal Nikkei, il est difficile pour l'instant de savoir de quelle manière les suppressions de postes se répartiraient entre le Japon et le reste du monde.

Une porte-parole de Sony, Yoko Yasukouchi, a refusé de confirmer les pertes d'emplois. Le nouveau directeur général de Sony, Kazuo Hirai, qui est entré officiellement en fonction au début du mois en remplaçant Howard Stringer, doit faire sur le point sur l'avenir de l'entreprise jeudi.

Sony au Canada

Au pays, le géant de l'électronique emploie près de 1100 employés, surtout dans la vente et le marketing. Il gère près de 80 magasins Maison Sony pour la vente directe aux Canadiens et vend en gros à des détaillants. Son siège social canadien est à Toronto.

M. Hirai s'est fixé comme objectif de rendre rentable d'ici deux ans sa filiale des téléviseurs, qui est déficitaire depuis des années. Il compte notamment revoir la chaîne d'approvisionnement et la structure de coûts de cette division phare.

Récemment, Sony a cédé une filiale de produits chimiques qui fabrique des matériaux adhésifs ainsi que des films et disques optiques. Le transfert de cette division est prévu au dernier trimestre de cette année.

Sony est aussi en train de regrouper ses activités de production de petits et moyens écrans à cristaux liquides avec celles de ses compatriotes Hitachi et Toshiba pour lutter plus efficacement contre leurs concurrents asiatiques.

Par ailleurs, le géant de l'électronique n'est pas parvenu à innover autant que certains de ses concurrents, comme Apple et Samsung, au cours des dernières années.

Un groupe de plus petite taille

Ces pertes d'emplois s'ajouteraient aux quelque 16 000 postes éliminés par Sony à la suite de la crise financière de 2008-2009. La multinationale avait fermé plusieurs usines et confié plus de tâches à des sous-traitants. Ses rivaux nippons, comme Panasonic et Sharp, ont aussi été forcés à se réorganiser avec entre autres la vive concurrence et l'appréciation du yen.

En mars 2011, Sony avait 168 200 employés à travers le monde.

Avec les informations de Reuters, Agence France-Presse, et Wall Street Journal

Économie