•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ex-Cynique Serge Grenier n'est plus

Serge Grenier
Radio-Canada

L'humoriste Serge Grenier est décédé vendredi à l'âge de 73 ans. La cause du décès n'est pas connue, mais il serait mort après une courte et fulgurante maladie.

Avec Marc Laurendeau, André Dubois et Marcel Saint-Germain, il a fondé les Cyniques, le groupe d'humoristes le plus populaire et le plus irrévérencieux de son époque dont l'aventure, qui aura duré de 1961 à 1972, est indissociable de celle de la Révolution tranquille.

« Le public, à l'époque, avait l'habitude de le définir comme le plus cynique des Cyniques », se souvient André Dubois. Serge Grenier, dont l'une des cibles favorites était la religion, pouvait se permettre de repousser les limites de l'insolence, juge M. Dubois. « Serge avait ce don-là : d'aller très très loin, mais de faire rire en même temps », estime-t-il.

Marc Laurendeau souligne quant à lui que Serge Grenier avait un humour très pince-sans-rire avec un style extrêmement original, qui a créé des numéros uniques à l'époque. Seul non-avocat du groupe et doté d'une formation en philosophie, il apportait, selon M. Laurendeau, une touche différente au quatuor. « Il avait une plume assez extraordinaire, c'était le plus littéraire d'entre nous », affirme-t-il.

Gilbert Rozon, président fondateur du Groupe Juste pour rire, abonde dans le même sens. « Il savait, même quand il était vulgaire, être fin », souligne-t-il.

Pour les gens de l'humour, Serge Grenier c'était un phare : c'était un père et un repère.

Gilbert Rozon

André Ducharme, qui a côtoyé Serge Grenier comme scripteur à l'émission Piment fort, se souvient que l'ex-Cynique a été le premier à écrire un article sur son groupe d'humour, Rock et Belles Oreilles, alors qu'il travaillait à La Presse. Il estime que la plus grande force de Serge Grenier était son grand talent pour faire des blagues très méchantes sur un ton angélique, clame et très neutre. « C'est probablement l'humoriste le plus méchant que j'ai connu avec Guy A.Lepage », déclare André Ducharme.

L'humoriste François Pérusse cite Serge Grenier comme l'une de ses premières inspirations. Il se souvient de M. Grenier comme un homme qui s'intéressait beaucoup à l'être humain et aux Québécois, ce pour quoi il pouvait si bien en rire. Outre son rôle paternel avec les nouveaux humoristes, François Pérusse tient à souligner la qualité de la langue qu'il employait, peu importe la teneur de ses propos. « Il faisait un excellent mélange de cette vulgarité pour rire, et d'un français impeccable : c'est un grand coup de chapeau! », affirme-t-il.

Marcel Saint-Germain, Serge Grenier, Marc Laurendeau et André Dubois au temps des CyniquesMarcel Saint-Germain, Serge Grenier, Marc Laurendeau et André Dubois au temps des Cyniques

Un riche parcours

Avec les Cyniques, Serge Grenier a notamment participé au Bye-Bye sur les ondes de Radio-Canada, en compagnie de Dominique Michel et Denise Filiatrault, en 1971. Un an plus tard, le groupe a partagé la vedette dans le film culte IXE-13, une comédie musicale de Jacques Godbout (voir la vidéo ci-dessous). Les Cyniques ont également produit quelques disques, dont certains ont récemment été remis sur le marché récemment en disques compacts.

Après la séparation des Cyniques, Serge Grenier est demeuré dans le milieu artistique en tant qu'humoriste, chroniqueur et scripteur pour des émissions, spectacles et revues humoristiques comme Le Bye Bye, les galas Juste pour rire ou les Parlementeries. Il a d'ailleurs été, en 1983, l'animateur du premier Gala Juste pour rire.

JPR rend hommage à Serge Grenier sur Twitter.JPR rend hommage à Serge Grenier sur Twitter.

À l'image des responsables de Juste pour rire, le concepteur, auteur et réalisateur Stéphane Laporte a souligné sur Twitter que Serge Grenier avait été l'un des pionniers du festival québécois. Dans un autre message, M. Laporte dit avoir connu Serge Grenier au magazine humoristique CROC. « Son oeil vif, son esprit caustique et sa grande culture furent un exemple », écrit-il.

Avec les informations de La Presse canadienne

Humour

Arts