Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise politique au Mali

En 1979, l'incendie d'un train transportant des produits dangereux a forcé l'évacuation des résidents de Mississauga, en Ontario.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Mali est aux prises avec une profonde crise politique, l'une des pires à survenir depuis que ce pays enclavé d'Afrique de l'Ouest a obtenu son indépendance de la France en 1960.

Le 22 mars, le président Amadou Toumani Touré est renversé par un coup d'État de militaires menés par le capitaine Amadou Haya Sanogo. Les putschistes disent avoir agi pour contrer l'incompétence du président dans la lutte contre la rébellion touarègue et les groupes islamistes, dont Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), dans le nord du pays.

Depuis la mi-janvier, les rebelles touaregs du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA) et les milices islamistes de l'Ansar Dine ont multiplié les attaques dans le nord du Mali. Les rebelles ont profité du coup d'État pour prendre en un week-end les trois principales villes du nord du pays : Kidal, Tombouctou et Gao.

Voici un aperçu des principaux protagonistes.

Le président renversé

Amadou Toumani TouréAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Amadou Toumani Touré, le 11 janvier 2012

Photo : AFP / RAVEENDRAN

Amadou Toumani Touré est né le 4 novembre 1948 à Mopti.

En 1991, à la suite de sanglantes répressions de manifestations populaires, le lieutenant-colonel Touré participe au coup d'État qui chasse du pouvoir le président Moussa Traoré. Il prend alors le pouvoir à la tête d'un Comité transitoire de salut du peuple. Après une période de transition démocratique de 14 mois, il organise l'élection présidentielle en juin 1992, remportée par le civil Alpha Oumar Konaré. Il est alors surnommé le « soldat de la démocratie ».

En 2001, il prend sa retraite de l'armée. En 2002, il est élu président. Il est réélu en 2007.

Amadou Toumani Touré devait quitter le pouvoir à la fin du mois d'avril 2012.

Le chef des putschistes

Le capitaine Amadou Haya Sanogo a dirigé le putsch au Mali.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le capitaine Amadou Haya Sanogo a dirigé le putsch au Mali.

Photo : AFP / Issouf Sanogo

Le capitaine Amadou Haya Sanogo est natif de Ségou, la deuxième ville du pays après Bamako. Il a été professeur d'anglais au camp militaire de Kati, avant de prendre le pouvoir par la force. Amadou Haya Sanogo a effectué plusieurs séjours de formation aux États-Unis.

Les rebelles touaregs

Deux groupes de Touaregs sont impliqués dans les violences dans le nord du Mali. Il y a le Mouvement national pour la libération d'Azawad (MNLA), la région du nord du Mali dont ils réclament l'indépendance. Les deux figures importantes de ce mouvement sont le secrétaire général Bila Ag Cherif et Mohamed Ag Najim, responsable de l'aile militaire du mouvement. Plusieurs Touaregs du mouvement avaient joint l'armée de Mouammar Kadhafi en Libye. À la mort du leader, ils sont revenus au Mali, entraînés et armés.

L'autre groupe touareg d'importance au Mali se nomme Ansar Dine. Ce groupe islamiste est en lien avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et il est dirigé par Iyad Ag Ghali. Ansar Dine ne réclame pas l'indépendance de l'Awazad, mais veut instaurer la charia dans tout le pays, à 90 % musulman.

En dépit de leur divergence fondamentale, les deux groupes joignent leurs efforts à certaines occasions, comme lors de la prise de Tombouctou. Néanmoins, le MNLA envisage de s'attaquerà AQMI avec l'aide des pays d'Occident et d'Afrique de l'Ouest, selon le porte-parole du bureau exécutif du MNLA, Hama Ag Sid'Ahmed.

Le Mali en bref

  • Capitale : Bamako
  • Superficie : 1 241 238 km carrés
  • Population : 15 millions
  • Groupes ethniques : Mandé 50 % ( bambara, malinké, soninké), Peul 17 %, Dogons 12 %, Songhaï 6 %, Touareg et Maures, 10 %, autres 5 %
  • Religion : musulmans (90 %), chrétiens (1 %), animistes (9%)
  • Langue : français (officiel), Bambara (80 %) et plusieurs dialectes africains.
  • Espérance de vie : 53 ans ( 206e rang dans le monde)
  • Exportations : coton, or, bétail
  • Importations : pétrole, machinerie, matériaux de construction
  • Produit intérieur brut (PIB) : 11 milliards de dollars (2011)
  • PIB par habitant : 1300 $ (2011)

Le Mali et le Canada

En 2011, les exportations canadiennes au Mali totalisaient 26 millions de dollars. Les importations depuis le Mali étaient d'environ 1 million de dollars.

Plusieurs compagnies aurifères canadiennes font des affaires au Mali, dont Iamgold qui y tirerait 16 % de sa production. Avio et Avnel sont deux autres producteurs canadiens installés au Mali.

Avec les informations de Agence France-Presse, Reuters, et BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !