•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Radio-Canada supprimera plus de 650 postes

Le compte rendu de Claude Deschênes
Radio-Canada

Face aux nouveaux impératifs financiers qui lui sont imposés, Radio-Canada supprimera plus de 650 postes au cours des trois prochaines années, dont environ 475 au cours du présent exercice.

Lors du dépôt de son budget, le gouvernement Harper a réduit les crédits parlementaires de Radio-Canada de 115 millions de dollars sur 3 ans. Le budget du diffuseur public, qui s'élève à un peu moins de 1,1 milliard de dollars, doit ainsi être amputé de 10 %.

« Si nous additionnons la réduction de nos crédits parlementaires, les hausses de coûts inévitables et les investissements que CBC/Radio-Canada doit faire pour protéger sa transformation en un radiodiffuseur public moderne, nous devons en fait composer avec des pressions financières qui s'élèveront à 200 millions de dollars sur les trois prochaines années », a indiqué mercredi Hubert T. Lacroix, président-directeur général de Radio-Canada.

La majeure partie des compressions sera effectuée dans les services centraux, et environ 19 % dans les régions.

La direction prévoit pouvoir compenser ces pressions financières avec 50 millions de dollars en nouveaux revenus, et compte réduire ses dépenses de 150 millions.

Parmi les mesures annoncées par la direction de Radio-Canada:

  • Annulation des émissions de nuit à la Première Chaîne et réduction du budget de production musicale à Espace musique
  • Recours à la publicité et aux commandites sur les chaînes Espace musique et CBC Radio 2.
  • Diminution du nombre d'épisodes produits et révision des devis de production interne et externe pour certaines émissions et séries télévisées
  • Diminution des coûts de production du Réseau de l'information à Montréal et dans les centres régionaux
  • Diminution de moitié des créneaux de diffusion régionale sur les ondes d'Espace musique
  • Fermeture des musicothèques régionales et rapatriement des collections à la musicothèque centrale de Radio-Canada à Montréal
  • Réduction du financement temporaire des services Internet et numériques
  • Optimisation des ressources de production et changement dans les méthodes opérationnelles : passage à un environnement sans bande magnétique, centralisation de la mise en ondes et installation de régies numériques dans tous les établissements du pays qui utilisent encore la technologie analogique.

Au sujet de la publicité sur les ondes d'Espace musique:
Nous sommes très conscients du changement important que cela représente. Ceci étant dit, cette décision est motivée par la nécessité de générer de nouveaux revenus et d'absorber en partie les coupures qui nous sont imposées.

Louis Lalande, vice-président principal, Services français

Transformation de Radio Canada International

Radio Canada International (RCI) met fin à la transmission par ondes courtes et par satellite et concentrera donc sa diffusion sur le web.

Il n'y aura plus de bulletins de nouvelles et les sections russe et brésilienne seront fermées. Ainsi, RCI se concentrera sur les cinq langues les plus parlées par son auditoire : français, anglais, espagnol, arabe et mandarin.

« RCI poursuivra sur le web sa mission de faire rayonner à l'étranger les valeurs démocratiques canadiennes », a déclaré Hubert T. Lacroix.

Cette transformation de RCI devrait permettre d'économiser 10 millions de dollars.

Mise hors service des émetteurs analogiques

Radio-Canada entend accélérer la mise hors service de plus de 600 émetteurs, dès le 31 juillet prochain, pour économiser 10 millions de dollars. Cette mesure ne touche pas 98 % de la population canadienne, souligne le diffuseur public.

Cap sur l'augmentation des revenus

La direction de Radio-Canada dit vouloir « accroître ses revenus autogénérés afin d'atténuer autant que possible les réductions requises ». « En plus de tirer davantage parti de ses actifs publicitaires existants de la télévision, la Société lancera une offensive pour chercher à générer des revenus additionnels dans le numérique ».

La société d'État dit par ailleurs réduire ses ambitions liées à l'expansion du service local, des chaînes spécialisées numériques, de grands événements produits et des projets de programmation transculturelle.

Pour les employés

Ces suppressions toucheront autant les employés que les cadres. Par contre, la SRC ne mettra pas en place de programme de départs à la retraite, a déclaré le PDG Hubert T. Lacroix. Les employés verront par ailleurs leur cotisation au régime de retraite augmenter.

Des compressions sans fin, déplorent les syndicats

Du côté des syndicats, l'ampleur des compressions cause bien des inquiétudes. Alex Levasseur, président du syndicat des communications de Radio-Canada, dénonce des « compressions sans fin à Radio-Canada », qui s'ajoutent, précise-t-il, au fait que les crédits accordés par le ministère du Patrimoine ne tiennent pas compte des augmentations de salaire, et des autres coûts qui augmentent de façon continue.

Au sein du Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC), 91 postes disparaîtraient au Québec et à Moncton.

Il juge d'ailleurs que le service français de Radio-Canada encaisse plus que sa part de ces compressions par rapport au service anglais, ce que dément la direction.

De son côté, le président du syndicat des employés de CBC hors du Québec, Marc-Philippe Laurin, juge que plus rien ne sera pareil.

La CBC qu'on connaissait ne sera plus la même.

Marc-Philippe Laurin

« Les employés, dit-il encore, sont à bout de souffle, après plusieurs vagues de compressions successives. »

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) a elle aussi dénoncé vivement ces compressions, qui viennent priver, selon elle, la population canadienne d'un outil essentiel au bon fonctionnement démocratique.

« Il faut expliquer aux Canadiens à quoi sert Radio-Canada. On veut essayer de déclencher un processus de discussion pancanadien sur l'utilité et l'existence de Radio-Canada. Malheureusement [cette discussion] a longtemps été occultée. Il y aura des audiences du CRTC, c'est un endroit pour le faire. Et peut-être qu'à ce moment-là, on pourra faire un débat beaucoup plus serein qu'uniquement en fonction des budgets », a affirmé le président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Louis Roy.

Les coupes auront un impact sur la quantité et sur la qualité des services offerts par Radio-Canada, tant en matière d'information que de divertissement et imposent un changement direct au mandat de la société, selon les syndicats.

Société