•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Louise Beaudoin

La députée indépendante Louise Beaudoin (archives)

Photo : La Presse canadienne / Clément Allard

Radio-Canada

La députée de Rosemont, Louise Beaudoin, a décidé de retourner dans les rangs du Parti québécois, après avoir consulté les citoyens de sa circonscription à ce sujet.

Selon elle, 70 % des personnes consultées étaient favorables à un retour au bercail.

Mme Beaudoin a quitté le PQ le 6 juin 2011 avec ses collègues Pierre Curzi et Lisette Lapointe, en raison d'un désaccord avec la « ligne de parti » favorable au projet de loi 204, protégeant l'entente entre la Ville de Québec et Quebecor Media concernant la gestion du nouvel amphithéâtre de la Vieille Capitale.

Même si elle ne regrette pas d'avoir claqué la porte du PQ, elle reconnaît qu'un vent réformateur souffle sur ce parti. « Le Parti québécois s'est magnifiquement redressé, dit-elle, et il n'est jamais meilleur que lorsqu'il est lui-même, c'est-à-dire progressiste et souverainiste. »

« La situation a changé, elle a évolué, elle s'est transformée », estime la députée de Rosemont, qui avait reproché au PQ de se transformer en « vieux parti ».

Parmi les facteurs qui ont motivé sa décision de réintégrer le caucus du PQ, Mme Beaudoin cite les résultats du conseil national de janvier dernier, l'ouverture à la « dissidence » par le vote libre des députés en certaines circonstances, le projet de tenir des élections à date fixe si le PQ prend le pouvoir et, surtout, le cap vers l'indépendance du Québec.

Elle dit également avoir été touchée par les tentatives de Mme Marois de la ramener dans l'équipe.

Mme Beaudoin, qui s'est entretenue mardi matin avec Pauline Marois, n'aura plus, à sa demande, aucun dossier précis à défendre. Elle a proposé à sa chef d'exécuter plutôt des mandats ponctuels d'ici le déclenchement des prochaines élections.

Avant son départ, elle était porte-parole sur les questions de laïcité et avait piloté un projet de charte de la laïcité.

La députée de Rosemont, âgée de 66 ans, ne sera pas candidate à la prochaine élection, mais elle a cru utile de demander à ses électeurs de « guider » son choix de terminer sa carrière politique aux côtés des indépendants ou au sein de la formation souverainiste.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique