•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Edmundston s'interroge sur le projet de vente de la papetière Twin Rivers

Twin Rivers

L'usine de l'entreprise Twin Rivers à Edmundston

Photo : Marie-Hélène Lange/Radio-Canada

Radio-Canada

L'annonce de la mise en vente de la papetière Twin Rivers crée un climat d'incertitude à Edmundston, au Nouveau-Brunswick.

Dans une lettre aux actionnaires, dont Radio-Canada a obtenu copie, Brookfield Asset Management confirme qu'elle met en vente ses actions de l'entreprise. Elle possède 51 % des actions de Twin Rivers.

Le président de l'unité syndicale des 340 travailleurs de l'usine d'Edmundston, Richard Fournier, n'a pas le coeur à rire. Il juge que le moment est drôlement choisi pour cette vente, car la convention collective des travailleurs expirera en juillet, et les négociations pour le renouvellement sont à la veille de débuter.

« On est quand même sur le qui-vive un peu parce que c'est l'année d'une entente collective. On trouve que c'est une drôle de coïncidence. Ça pourrait être une façon de faire des pressions », affirme Richard Fournier.

Twin Rivers est née de la restructuration de l'entreprise Papiers Fraser, il y a deux ans. Les travailleurs ont dû faire d'importantes concessions en matière de salaire et de prestations de retraite à la suite de cet exercice.

Le maire d'Edmundston, Jacques Martin, est très inquiet. Il se demande ce que les acheteurs feront de l'usine. Il est possible qu'elle soit modernisée. Elle pourrait aussi être démantelée, comme cela s'est produit ailleurs. Malgré l'incertitude, M. Martin espère que la vente mène à nouvel élan pour l'usine.

« Peut-être que c'est un renouveau qui s'annonce pour nous, ici, à Edmundston, au niveau des futures propriétaires. Je suggérerais peut-être même aux employés de la compagnie actuelle de considérer le développement d'une coopérative qui prendrait possession de l'usine. Ce serait géré par les gens de chez nous », indique Jacques Martin.

Le maire reconnaît cependant qu'une fermeture de l'usine exercerait un impact dévastateur sur l'économie de toute la région.

Le gouvernement provincial s'est porté garant d'un prêt de plus de 7 millions de dollars de Twin Rivers, en janvier dernier. Le premier ministre, David Alward, a indiqué que le ministère du Développement économique travaille de concert avec l'entreprise en ce moment.

Twin Rivers comprend une usine de pâte à papier à Edmundston, une scierie de bois d'oeuvre à Plaster Rock et une papetière au Maine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Affaires municipales

Économie