•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moins de financement public pour les partis fédéraux

Parlement canadien à Ottawa

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les nouvelles règles pour le financement public des partis politiques fédéraux entrent en vigueur cette semaine. La subvention annuelle, qui équivaut à 2 $ par vote, est réduite une première fois à 1,50 $. Elle sera complètement éliminée en 2015.

Le gouvernement Harper soutient que c'est aux militants de financer les partis politiques, pas au trésor public. Les partis doivent donc revoir leur financement.

Le financement public des partis politiques a été mis en place par Jean Chrétien pour compenser les restrictions au financement privé, qui ont été instaurées dans la foulée du scandale des commandites.

Le gouvernement Harper avait promis d'abolir graduellement la subvention.

Le Parti conservateur est celui qui perdra le plus d'argent, 3 millions de dollars dès cette année, mais c'est aussi celui qui dépend le moins du financement public (Nouvelle fenêtre), en raison des contributions de sa base.

Les autres formations ont commencé à revoir leur financement, mais devront solliciter davantage leurs militants.

Plusieurs craignent que la réforme provoque un retour du financement occulte. « Ça peut provoquer un retour des enveloppes brunes », affirme le député néo-démocrate Alexandre Boulerice.

« Si on veut faire en sorte que les partis politiques ne soient pas à la merci des fonds particuliers, vaut mieux le financement public », estime Daniel Paillé, chef du Bloc Québécois.

À la Fédération canadienne des contribuables, le directeur Gregory Thomas soutient qu'il revient aux partis de financer leurs activités. « Les contribuables n'ont pas à payer pour des robocalls et des attaques partisanes », dit-il.

Les allocations aux partis politiques seront complètement éliminées dans trois ans. L'économie pour le trésor public sera de 30 millions de dollars par année.

D'après un reportage de Martin Bégin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !