•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jugement : Le Huffington Post n'aura pas à payer ses blogueurs

Arianna Huffington
Radio-Canada

La Cour fédérale à New York tranche en faveur du Huffington Post et de son propriétaire AOL Inc. Ils n'auront pas à payer leurs blogueurs.

Les blogueurs du site ont intenté une poursuite l'an dernier contre leur employeur qui aurait « profité d'eux injustement » en refusant de leur verser une compensation financière pour leur travail.

Ils ont enclenché le processus à la suite de l'achat du Huffington Post par AOL au coût de 315 millions de dollars. Ils estiment que le site a profité d'eux, alors qu'ils « se sont simplement vu promettre » une plus grande visibilité.

C'est d'ailleurs sur ce point de la visibilité qu'AOL s'est défendu. Il affirme avoir offert une plateforme aux blogueurs, leur permettant ainsi de rejoindre un vaste auditoire.

Les blogueurs demandaient un minimum de 105 M$ en dédommagements et réclamaient un recours collectif.

Verdict évident

La Cour a basé son verdict sur le fait que les auteurs savaient dès le départ qu'ils ne seraient pas rémunérés et qu'ils auraient pu choisir de travailler ailleurs.

« D'un point de vue juridique, c'était assez évident qu'AOL l'emporterait dans la mesure où les blogueurs avaient conscience qu'ils écrivaient de façon bénévole et volontaire des articles sur le site », soutient Valentin Callipel, avocat spécialisé en droit des nouvelles technologies.

Il ajoute que même si « AOL et Huffington Post génèrent des bénéfices, à aucun moment il n'a été convenu de les partager ».

Modèle d'affaire à revoir

Valentin Callipel fait un parallèle avec Facebook. Le réseau social compile de l'information personnelle sur ses usagers, mais même s'il revend ces données sous forme de publicité ciblée, les utilisateurs de la plateforme n'ont droit à aucun bénéfice, car ils partagent leur vie de façon volontaire.

Personne n'oblige les blogueurs du Huffington Post à écrire des articles sur le site et personne n'oblige les usagers de Facebook à dévoiler leur vie privée.

Valentin Callipel, avocat spécialisé en droit des nouvelles technologies

M. Callipel va au-delà de la décision de la Cour de New York. Il trouve que « le modèle d'affaires du Huffington Post n'est pas encore suffisamment mature ».

Cette poursuite montre selon lui « qu'à long terme, le site devra changer son modèle d'affaires, car il risque de perdre ses blogueurs. Il ne pourra pas toujours compter sur leur contribution volontaire ».

M. Callipel souligne aussi que cette affaire renvoie à la question du journalisme sur internet et des limites de l'information gratuite.

Avec les informations de Associated Press

Économie