•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget fédéral : le budget de la majorité et de l'austérité

Jim Flaherty discours du budget

Jim Flaherty discours du budget

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le premier budget portant réellement l'empreinte d'un gouvernement conservateur majoritaire est celui de l'emploi, de la croissance et de la prospérité, clame le ministre des Finances, Jim Flaherty. Mais à plusieurs égards, il passera aussi à l'histoire comme celui des compressions draconiennes dans l'appareil public.

Des compressions de 5,2 milliards de dollars seront mises en oeuvre au cours des trois prochaines années, ce qui équivaut à 6,9 % des dépenses de programme. Plusieurs ministères - Agriculture, Finances, Ressources naturelles, Transports, Sécurité publique, Travaux publics - devront réduire leurs dépenses de 10 %. Quelque 19 200 emplois fédéraux seront perdus.

Retour à l'équilibre budgétaire en 2015-2016

Malgré ces compressions, le retour à l'équilibre budgétaire reste à l'horizon pour 2015-2016. Le déficit prévu pour l'année budgétaire 2014-2015 n'est cependant que de 1,3 milliard de dollars, ce qui laisse à penser que l'équilibre des comptes courants pourrait être atteint plus tôt.

Les Canadiens devront aussi se faire à l'idée qu'ils prendront leur retraite plus tard : l'âge d'admissibilité à la Sécurité de la vieillesse et au Supplément de revenu garanti, fixé présentement à 65 ans, sera augmenté graduellement à compter de 2023 et atteindra 67 ans en 2029.

« Le gouvernement fédéral se concentre de plus en plus sur des problèmes économiques de dimension nationale pour le pays (...) comme les grands projets, la création d'emplois. »

— Une citation de  le ministre des Finances, Jim Flaherty

Le gouvernement annonce par ailleurs qu'il continuera à réformer le système d'immigration, afin qu'il réponde davantage aux besoins des employeurs du pays en matière de main d'oeuvre. Il réorientera en outre les activités du Conseil national de recherches du Canada afin qu'il réponde mieux aux besoins des entreprises.

Le budget dénote également un parti pris pour la responsabilité individuelle et l'investissement privé, par la recherche, le développement et le capital de risque. S'ajoutent des choix comme ceux de réduire l'aide internationale et de raccourcir les processus d'évaluation environnementale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !