•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le SCRS accusé d'intimidation et de profilage par des manifestants

affiche
Affiche
Radio-Canada

Une manifestation sous forme théâtrale a eu lieu jeudi devant le siège montréalais du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS).

Les manifestants, une quarantaine, entendaient dénoncer l'« intimidation et le profilage » pratiqués, selon eux, par le SCRS.

Les manifestants ont joué le rôle d'agents de sécurité photographiant, filmant et interrogeant les personnes entrant dans les bureaux.

« Notre action vise à inverser les rôles habituels de profileurs et profilés », a expliqué Mary Foster, une des organisatrices de cette manifestation.

Selon elle, les agents du SCRS « procèdent régulièrement à d'intimidantes visites à domicile et au travail, posent des questions déplacées sur les idées politiques et les pratiques religieuses, et harcèlent des personnes sur la base du profilage et de la culpabilité par association ».

« Les communautés immigrantes font face aux pires abus de la part du SCRS [...] profitant de la situation de vulnérabilité dans laquelle se trouvent plusieurs des personnes migrantes », a affirmé Mary Foster.

Le Réseau de la commission populaire, qui a organisé la réunion, illustre son propos par le témoignage d'une personne qui a affirmé avoir subi des pressions pour qu'il collabore avec les services secrets.

La manifestation de jeudi faisait partie de la Campagne de non-collaboration avec le SCRS du Réseau de la commission populaire, lancée en janvier 2012.

Politique