•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toronto retourne à la table des négociations avec ses cols blancs

Le maire de Toronto, Rob Ford

Le maire de Toronto, Rob Ford

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le maire de Toronto, Rob Ford, a choisi la diplomatie avec ses cols blancs, annonçant jeudi matin que la Ville rencontrerait leurs représentants syndicaux vendredi, à la suite du rejet partiel d'un accord de principe.

Les négociateurs municipaux se disent prêts à accepter de « très petites modifications » à ce que la Ville avait qualifié « d'offre finale. » La Ville n'exclut pas un lock-out ou la modification unilatérale des conditions de travail des employés, faute d'une entente.

Deux des quatre unités syndicales des cols blancs ont rejeté l'accord de principe. Ces deux unités, qui forment 10 % des cols blancs, regroupent les employés des centres municipaux de soins de longue durée et les employés récréatifs à temps partiels. Les travailleurs des centres pour aînés n'ont pas le droit de grève, en vertu de la loi sur les services essentiels, et, dans leur cas, tout litige devrait être référé à un arbitre.

Les cols blancs votaient, mercredi, sur un contrat de travail similaire à celui qui avait été ratifié par les cols bleus le mois dernier. Cette convention collective contient des augmentations de salaire, mais aussi une réduction de la sécurité d'emploi, qui s'appliquerait seulement aux employés qui ont 15 ans d'ancienneté ou plus.

Le leader syndical Tim Maguire demandait un retour à la table des négociations.

Avant le vote de ratification, la Ville avait laissé entendre que c'était son « offre finale ». C'est d'ailleurs ce pour quoi le syndicat avait décidé de soumettre l'offre à ses membres.

Les employés récréatifs pourraient légalement faire la grève, mais il n'est pas clair s'ils auraient l'appui du public.

bibliothèque de TorontoAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les 98 bibliothèques de Toronto sont fermées.

Photo : CBC

Accord de principe avec les bibliothécaires

De leur côté, les 2300 employés, en grève, des bibliothèques de la métropole votent jeudi sur l'entente de principe conclu entre leur syndicat et la Ville.

Ces travailleurs avaient débrayé il y a 10 jours, entraînant la fermeture des 98 bibliothèques de la ville.

Les détails de l'accord de principe conclu mercredi n'ont pas été dévoilés. La sécurité d'emploi était le principal point en litige; la moitié des syndiqués travaille à temps partiel.

Si les grévistes entérinent l'entente, les bibliothèques rouvriraient dès vendredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !