•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pyongyang prépare l'envoi de sa fusée; Washington suspend son aide

Kim Jong-Un
, à la tête de la Corée du Nord, après la mort de son père Kim Jong-Il le 17 décembre Photo: AFP / KNS
Radio-Canada

Tandis que les États-Unis ont décidé de suspendre l'envoi d'aide alimentaire à la Corée du Nord en raison de son refus d'annuler le lancement de son satellite, Pyongyang aurait déjà commencé à injecter du carburant dans les réservoirs de sa fusée.

« Le lancement se rapproche. Il est probable que la date du lancement soit fixée au 12 ou au 13 avril », a écrit jeudi le quotidien japonais Tokyo Shimbun, citant une source proche du gouvernement nord-coréen.

À Séoul, le ministère sud-coréen de la Défense n'a toutefois pas voulu émettre de commentaire dans l'immédiat.

La Corée du Nord a annoncé à la mi-mars qu'elle comptait lancer une fusée entre le 12 et le 16 avril pour placer en orbite un satellite d'observation à usage civil. Mais les États-Unis et leurs alliés ont rapidement dénoncé un tir déguisé de missile, en infraction à la résolution 1874 de l'ONU, qui interdit à la Corée du Nord de procéder à des essais nucléaires ou balistiques.

Peu importe, le régime nord-coréen a réaffirmé mardi qu'il n'abandonnerait « jamais le droit de lancer un satellite pacifique, un droit légitime pour un État souverain et une étape essentielle pour le développement économique ».

Après avoir prévenu qu'une « provocation » de Pyongyang ne serait pas récompensée, Washington a annoncé mercredi qu'il suspendait la livraison des 240 000 tonnes d'aide alimentaire qui lui ont été promis en échange du moratoire sur ses activités nucléaires.

« L'accord interdisait explicitement aux Nord-Coréens de lancer des missiles et nous leur avions indiqué que le lancement d'un satellite serait interprété comme un lancement de missile, car il utilise la même technologie », a expliqué l'adjoint au secrétaire à la Défense chargé des affaires asiatiques, Peter Lavoy.

Le régime communiste s'est de son côté défendu en disant que le satellite devait lui permettre de relever des données météorologiques et de fournir des informations sur les forêts et les ressources naturelles de la Corée du Nord.

Pyongyang dit par ailleurs avoir invité la NASA américaine, des journalistes et des experts étrangers « afin qu'ils puissent voir de leurs propres yeux la nature pacifique de notre lancement de satellite », prévu à la mi-avril sous prétexte de souligner le 100e anniversaire de naissance du fondateur du régime communiste nord-coréen, Kim Jong-il.

Aide alimentaire

La Corée du Nord souffre d'une grave pénurie alimentaire depuis les années 1990, au cours desquelles plus de 1 million de personnes sont mortes de faim. Le dirigeant de l'époque, Kim Jong-il, avait alors présenté cette situation comme une conséquence des inondations. Selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture et le Programme alimentaire mondial, un Nord-Coréen sur deux souffrirait toujours de malnutrition.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

International