•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliards de superTerres uniquement dans la Voie lactée

Vue d’artiste d’un coucher de Soleil depuis la super-Terre Gliese 667Cc

Vue d’artiste d’un coucher d'étoiles depuis la super-Terre Gliese 667Cc

Photo : ESO

Radio-Canada

Les planètes un peu plus grosses que la Terre sont très communes dans la zone habitable autour d'étoiles rouges, montrent de nouvelles données obtenues par le spectrographe HARPS de l'Observatoire européen austral.

En fait, les superTerres se compteraient par dizaines de milliards seulement dans notre galaxie, la Voie lactée.

Mieux encore, le chercheur Xavier Bonfils et ses collègues estiment qu'il y en aurait probablement une centaine dans le voisinage immédiat du Soleil.

Ces estimations constituent la première mesure directe de la fréquence des superTerres autour des naines rouges, qui représentent 80 % des étoiles de la Voie lactée.

Le spectrographe HARPS est installé sur le télescope de 3,60 mètres situé à l'Observatoire de La Silla de l'ESO au Chili.

Récemment, une autre étude avait montré que les planètes en général étaient plus nombreuses que les étoiles dans notre galaxie. Elle avait été réalisée à partir d'une méthode différente qui ne permettait pas de détecter cette importante classe d'exoplanètes.

Les naines rouges constituent la catégorie d'étoiles la plus commune de la Voie lactée. Ces astres sont faibles et froids comparés au Soleil, mais ils sont très communs et ont une longue durée de vie. Par conséquent, les naines rouges représentent 80 % de toutes les étoiles de la Voie lactée.

Nos nouvelles observations avec HARPS signifient qu'environ 40 % de toutes les naines rouges ont une superTerre en orbite dans leur zone habitable, là où l'eau liquide peut exister à la surface de la planète. Le fait que les naines rouges soient si communes - on en compte environ 160 milliards dans la Voie lactée - nous a conduit à l'étonnant résultat qu'il y a des dizaines de milliards de planètes de ce type rien que dans notre galaxie.

Xavier Bonfils

Les travaux montrent aussi que les planètes plus massives, comme Jupiter et Saturne, sont plutôt rares autour des naines rouges. Ainsi, moins de 12 % des naines rouges posséderaient des planètes géantes avec une masse comprise entre 100 et 1000 fois celle de la Terre.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Astronomy & Astrophysics.

Le saviez-vous?

Les planètes dont la masse est comprise entre une et dix fois celle de la Terre sont appelées des superTerres. Il n'y a pas de telles planètes dans notre Système solaire, mais elles semblent très courantes autour d'autres étoiles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Science